-

Image flottante

Betty J. Eadie

Dans les bras
de la lumière



Aux Editions 'Pocket - spiritualité'


__________



Préface du Dr Melvin MORSE (extrait) :

  « La lecture de ce livre m'a appris davantage sur le sujet des expériences au seuil de la mort que les dix années passées à étudier ces phénomènes et à recueillir des témoignages d'enfants et d'adultes, ayant réchappé à une mort clinique. Dans les bras de la lumière n'est pas seulement l'histoire de Betty Eadie succombant à une opération chirurgicale puis revenant à la vie ; c'est surtout un voyage au cœur du sens de la vie. »

__________

Betty Eadie, lors de sa NDE, s'est vue propulsée sur un plan très supérieur. Entourée d'anges, elle a été entourée d'amour et reçu une chaleureuse et bienveillante consolation pour les épreuves qu'elle traversait sur Terre. Mais surtout, tout au long de ce "décrochement", qui lui a paru des semaines et qui n'a duré que quatre heures, elle a reçu des messages d'une très grande portée.

 Quand ensuite il lui faut retourner sur Terre, poursuivre une mission dont elle ignore tout, elle s'y refuse de toutes ses forces. Il lui est alors présenté sa mission.
 « Nous allons t'en énumérer tous les éléments afin que tu puisses décider en connaissance de cause. Mais en échange, tu devras te prononcer. Si tu réintègres la Terre, ce que nous allons te dire, et l'essentiel de ce que tu as vu ici, seront chassés de ta mémoire. »

 Betty accepte enfin, mais son retour est atroce :
 « Je me retrouvais dans ma chambre d'hôpital. Mon corps gisait sous les couvertures. Je restais en suspension et l'observai. Il ne m'inspira que du dégoût. Il semblait comme gelé et lourd, et il me fit l'effet d'un bleu de travail qu'on aurait traîné dans la boue et la crasse. C'est comme si j'avais pris une douche relaxante et devais enfiler ce vêtement pesant, glacé et fangeux. Mais il fallait le faire, je l'avais promis, et vite. Mon âme se glissa dans cette enveloppe. Le poids et la froideur me répugnèrent. je fus prise de convulsions, comme si un puissant courant électrique me traversait. Je ressentis à nouveau la douleur et la maladie de mon corps et fut la proie d'un profond découragement.

 Je tombai dans une profonde dépression. Le monde s'agitant autour de moi, je me mis à redouter la vie, et même à la détester par moments. Je priais pour mourir et suppliais Dieu de me rappeler auprès de Lui. Par pitié, il fallait qu'il me libère de cette existence et de cette mystérieuse mission. Sortir de chez moi me terrifiait. Je sombrais en moi-même, périssais à petit feu.

 Ce fut finalement l'amour pour ma famille qui me sauva. Je réalisai l'injustice que je leur faisais subir en m'apitoyant sur mon propre sort. Je devais à nouveau participer, m'impliquer, oublier le monde radieux de l'âme, et aller de l'avant. »