La colère




Il m'arrive de contenir de grosses colères
 depuis que je m’efforce à maîtriser les petites.



  « De dures expériences m’ont appris à ne pas laisser s’exprimer ma colère. Et de même qu’en comprimant la vapeur on obtient une nouvelle source d’énergie, en contrôlant sa colère, on peut obtenir une force étonnante.

 Pour supprimer toute impulsion coléreuse, je m’efforce de cultiver la patience, de contrôler ma colère aussitôt qu’elle se fait sentir en moi. Ne me demandez pas comment j’y parviens, il s’agit d’une habitude que chacun doit cultiver. »
__________

 « Pour prévenir la colère, par nature imprévisible, nous devons contrôler à tout moment nos pensées. »
Cependant, le Dalaï-Lama dit par ailleurs :
 « J'ai appris à apprécier le bon côté de la colère qui, même si elle parait malvenue, a intérêt à s'exprimer plutôt que de tourner au ressentiment. »
Mais un mécontentement doit s'exprimer de façon raisonnée :

 « La colère s’empare de nous, modifie notre expression, notre timbre de voix. Elle nous emporte et « nous » ne sommes plus nulle part. C’est lorsque nous sommes calmes, sereins, pacifiés, que nous devons nous préparer au futur combat.(C’est lorsque l’on est heureux qu’il faut se construire (c’est pendant la paix que la ville dispose ses défenses))

 Se souvenir de notre but, du sens de notre vie. C’est une clé fondamentale : si dans les moments où nous ne sommes pas emportés, où nous sommes maîtres de nous, nous établissons consciemment un lien entre notre calme et notre emportement, inversement, au début d’une colère, il nous sera possible d’établir un lien avec nos moments de calme, avec la vérité qui est en nous.

 L’homme endormi, l’homme esclave, est condamné à osciller au gré d’émotions qu’il ne contrôle pas. Il faut agir et non plus réagir. »
__________

 La colère libérée sans retenue attire les esprits mauvais. Les expressions populaires parlent d'elles-mêmes pour décrire un être "emporté" :
« Il ne s'appartient plus, il est habité par la colère », « il est sous l'emprise de la colère », « elle semblait possédée... »...

  « La colère permanente est le signe d'un début d'infestation.. »
 (Jean Prieur)

*

 « Si notre esprit est envahi par des émotions destructrices, il est sous leur contrôle. Nous devons agir avant. »

 « Tu t’es couchée en colère. À présent tu sens les "bouffées" maléfiques venir jusqu’à toi. »

**

 Ce qu'il faut retenir, c'est que lorsque la colère nous domine, nous perdons le contrôle de nous-mêmes. Les esprits du bas astral s'invitent alors dans notre mental. Pour les mots mauvais ou les gestes qui alors nous échappent, que de remords se préparent...