La quête,
la rencontre



L'amour se reflète dans mille visages,
mais en courant de l'un à l'autre, on le perd.
La quête
L'approche
L'engagement




___la quête___

Nous sommes saturés de fausses vérités sur l'amour. D'où les "erreurs" à répétitions et les couples instables. L' « âme-sœur » ne nous attend pas quelque part. La femme ou l'homme idéal ne se "trouve" pas ; le bonheur à deux dépend d'abord de notre construction intérieure.

 « L’amour, l’illusion est qu’il se rencontre quand il s’apprend. Et se trompe celui-là qui erre dans la vie afin de se faire conquérir, connaissant par de courtes fièvres le goût du tumulte du cœur et rêvant de rencontrer la grande fièvre qui l’embrasera pour la vie. »
[ Saint-Exupéry ]

 « L’amour n’est pas seulement une question d’attirance. Il est d’abord la rencontre de deux âmes. »
 [ "Le livre d’Annaëlle" ]

 « Si ton amour n’a point l’espoir d’être reçu, tu dois le taire. S’il devient vaine supplication comme de récompense à ta fidélité, et qu’il n’est point de ta force d’âme de te taire, alors, s’il est un médecin fais-toi guérir. Car il ne faut point confondre l’amour avec l’esclavage du cœur. L’amour qui prie est beau, mais celui qui supplie est d’un valet. »
[ Saint-Exupéry ]

  « Se trompent ceux-là qui cherchent à plaire. Et pour plaire se font malléables et ductiles. Et répondent d’avance aux désirs. Et trahissent en toute chose afin d’être comme on les souhaite. Mais qu’ai-je à faire de ces méduses qui n’ont ni os ni forme ? Je les vomis et les rends à leurs nébuleuses : venez me voir quand vous serez bâtis.

 Ainsi les femmes elles-mêmes se lassent-elles de qui les aime quand celui-là pour montrer son amour accepte de se faire écho et miroir, car nul n’a besoin de sa propre image. Mais j’ai besoin de toi qui es bâti en forteresse avec ton noyau que je rencontre. Assieds-toi car tu existes. »
[ Saint-Exupéry ]

 « Fils de l'homme, tiens-toi sur tes pieds, et je te parlerai. »
( Ézéchiel 1.26 )

 « Seules sont belles les âmes fières qui n’acceptent point de plier, tiennent les hommes droits dans les supplices, libres de soi et de ne point abjurer, donc libres de soi et choisissant et décidant, et épousant celle-là qu’ils aiment contre la rumeur de la multitude ou la disgrâce du roi. »
[ Saint-Exupéry ]

Image flottante « Mesdames, un conseil. Si vous cherchez un homme beau, riche et intelligent... prenez-en trois ! »
( Coluche )


  « L'instinct sexuel, mécanisme de reproduction, est doté d’un appât, le plaisir, sans lequel l’espèce disparaîtrait. Se greffent alors des affinités qui peuvent évoluer en affection profonde. Le plaisir est une porte ouverte vers une expression de l’Amour.
 Au contraire si ce plaisir est recherché pour lui-même, il conduit à l’égoïsme.

 Le chemin du désir peut croiser certains reflets de l’amour. Par là, l’homme échappe au hasard pur et côtoie l’Esprit. »
[ "À l'adresse de ceux qui cherchent" ]

 « Qui êtes-vous si vous vous abandonnez sans hésitation à la moindre tentation ?

 (...) Vous devez donc choisir : un éclair de joie et le désespoir à long terme ou bien la lente, patiente et souvent difficile conquête de l'Amour. »
( Martin Gray, 'Les forces de la vie' )

 « Ne confonds point l’amour avec le délire de la possession, lequel apporte les pires souffrances. Car au contraire de l’opinion commune, l’amour ne fait point souffrir. Mais l’instinct de propriété fait souffrir, qui est le contraire de l’amour.
 Ainsi celui qui aime véritablement ne peut être lésé.
 L’amour véritable commence là où tu n’attends plus rien en retour. »
[ Saint-Exupéry ]

 « Et je le sais, moi qui me suis fait prendre si longtemps au piège des créatures, sachant que celle-là que l’on formait dans quelque contrée étrangère et huilait de la perfection des automates, il me serait possible de m’en saisir.
 Et je nommais amour ce vertige. Et il me semblait que je mourrais de soif si je ne savais l’obtenir.
 Les feux de joie dans ma ville brûlaient pour célébrer l’amour. Et moi seul, dans mon terrible désert, je la regardais dormir.
 "Je me suis trompé de proie, je me suis trompé dans ma course. Elle fuyait si vite et je l’ai arrêtée pour m’en saisir… Et une fois prise, elle n’était plus…"

 Mais je comprenais aussi mon erreur. C’est la course que je courais, et j’avais été fou comme celui-là qui a rempli sa cruche et l’a enfermé dans son armoire parce qu’il aimait le chant des fontaines… »
[ Saint-Exupéry ]





___l'approche___

  « Le sexe est joie, mais nombre d’entre vous ont fait du sexe tout sauf de la joie.

 Le sexe est sacré aussi, mais la joie et le sacré s’entremêlent (en fait les deux sont la même chose), bien que vous pensiez souvent le contraire. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « La fascination ne peut jamais durer. Elle mène à la souffrance puis meurt..., jusqu’à la prochaine fois.
 L’amour grandit et s’enrichit sans cesse. Les époux, dit la Bible, "ne sont plus qu’une seule âme et qu’une seule chair." La relation conjugale est la plus complète et la plus riche. Une femme devrait être pour son mari une maîtresse, une sœur, une amie, une mère, une associée, un juge. L’époux, un amant, un frère, un père, un ami, un associé, un juge.
 Si chacun a projeté sur l’autre la personnification de son mode inconscient ou une image particulière d’homme ou de femme, il peut y avoir fascination, fascination merveilleuse ou fascination tragique, mais pas amour.
 L’amour commence avec la connaissance de l’autre, à travers la connaissance de soi. Pour aimer, il faut être.
 Sinon le mariage n’est que l’accouplement de deux égoïsmes ou de deux fascinations. »
[ Arnaud Desjardins, 'Les chemins de la sagesse' ]

 « L’autre est l’objet privilégié sur lequel nous projetons nos rêves d’une vie parfaite et idéale. Puis nous le condamnons parce qu’il est simplement humain, comme nous. Nous le détestons de n’avoir pu répondre à nos attentes, parce qu’il ne peut réparer les blessures de l’enfance. L’Autre est le catalyseur de nos émotions, de nos fantasmes, le miroir de nos névroses, le révélateur de nos manques. Quand il nous déçoit c’est lui que nous « tuons », symboliquement.

 L’union de certains couples dépend trop souvent, pour l’essentiel, d’une attirance sexuelle forte et immédiate. Cette attirance où le désir domine développe la passion. Comme la colère, la haine ou la soif de vengeance, ces pulsions peuvent conduire à sombrer dans la folie. Dévorés par ces extrêmes il est inévitable que ce type d’union se brise rapidement.

 La quête incessante d’un amour romantique peut constituer un frein à notre évolution, à notre épanouissement spirituel. Cette idéalisation de l’Amour correspond à un besoin qui occulte la réalité et la nature de l’affection que nous portons l’un à l’autre. Reposant sur un fantasme, elle peut s’avérer extrêmement frustrante.

 L’Amour qui grandit entre deux êtres qui se respectent mutuellement est connaissance. Cette affection authentique est libre de toute attente.

 Lorsque notre désir pour l’être aimé disparaît, alors le regard que nous portons sur lui se transforme. Ce changement se produit parfois si soudainement que nous en sommes étonnés. Le désir occultait jusqu’alors la nature réelle de l’autre et de la relation, et ne reposait que sur une méconnaissance réciproque. »
( Dalaï-Lama )




  « Tout ce que tu fais, fais-le avec tout ton être. Si tu ne t’adonnes au sexe qu’à partir de ton chakra inférieur, tu manques de loin la part la plus splendide de l’expérience. Mais si tu es affectueux envers ton partenaire, tu vis une expérience-sommet. Lorsque tu as élevé l’énergie vitale jusqu’à tes centres supérieurs, tu peux ou non choisir d’avoir une expérience sexuelle. Tu ne violeras aucune loi cosmique sur la sainteté. Et cela ne t’abaissera pas au niveau du chakra racine, à moins que tu te déconnectes du haut. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Certes, j’ai marché quand j’étais jeune de long en large sur ma terrasse à cause de quelque esclave enfuie où je lisais ma guérison. J’eusse levé des armées pour la reconquérir. Et pour la posséder j’eusse jeté à ses pieds des provinces, mais Dieu m’est témoin que je n’ai point confondu le sens des choses et n’ai jamais qualifié amour, même s’il mettait en jeu ma vie, cette recherche de ma proie. »
[ Saint-Exupéry ]





___l'engagement___

  « Assure-toi que tu entres en relation pour de bonnes raisons – c'est-à-dire en rapport au but supérieur que tu t’es fixé (la plupart des gens entrent encore en relation pour de mauvaises raisons –pour mettre fin à leur solitude, remplir un vide, guérir une relation antérieure, soulager l’ennui.

 Aucune de ces raisons ne fonctionne et, à moins d’un changement radical en cours de route, la relation ne changera pas.

 Pour la plupart des gens, l’amour est une réponse à l’accomplissement de besoins.

 Tu as besoin de ceci, l’autre a besoin de cela, et chacun voit dans l’autre une chance de combler ses propres besoins. Il s’agit alors d’une sorte d’échange. Je te donnerai ce que j’ai si tu me donnes ce que tu as. Dans cette transaction vous ne dites pas la vérité. Vous ne dites pas : « Je t’échange beaucoup. » Vous dites : « Je t’aime beaucoup », et c’est le commencement de la déception.

 Tombe amoureux d’autant de gens que tu veux. Mais si tu veux former une relation permanente avec quelqu’un, tu ferais bien d’y penser un peu plus. Commence par t’assurer que ta compagne et toi, vous vous entendez sur le but. Faites le vœu que votre relation soit une occasion de croître, d’élever le potentiel de votre vie.

 Il y aura des moments difficiles. N’essaie pas de les éviter. En ces périodes, essaie très fort de ne pas voir ta partenaire comme ton ennemie ou une adversaire.

Les gens ont tendance à voir en eux ce que nous voyons d’eux. Plus grandiose est notre vision, plus grande sera leur volonté d’atteindre et de montrer la part d’eux-mêmes que nous leur avons montrée.

 Ainsi, dans les relations authentiquement heureuses, l’un donne à l’autre la permission d’« abandonner » toute fausse idée de lui-même. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Le but d’une relation est de décider quelle part de vous-même vous aimeriez voir « apparaitre », et non quelle part de quelqu’un d’autre vous pouvez vous accaparer.

 Il est très romantique de dire que tu n’étais « rien » avant l’arrivée de cet être extraordinaire, mais ce n’est pas vrai. En outre, cela impose à cet être une pression incroyable pour qu’il soit toutes sortes de choses qu’il n’est pas.

 Ne voulant pas te « décevoir », l’autre fait de grands efforts pour être et faire tout cela, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Il ne peut plus compléter l’image que tu te fais de lui. Il ne peut plus remplir les rôles auxquels il a été assigné. Le ressentiment monte. La colère suit.

 Finalement, afin de se sauver (et de sauver la relation), cet être extraordinaire se met à reprendre son moi véritable et agit davantage en fonction de Qui Il Est Vraiment. C’est vers ce moment que tu dis qu’il a « vraiment changé ».

 Il est très romantique de dire que maintenant que ton être extraordinaire est entré dans ta vie, tu te sens complet. Mais le but de la relation n’est pas d’avoir quelqu’un d’autre qui pourrait te compléter, mais d’avoir quelqu’un d’autre avec qui partager ta complétude.

 Voici le paradoxe de toutes les relations humaines : tu n’as besoin de personne en particulier pour vraiment faire l’expérience de Qui Tu Es [ un esprit avant d'être un corps ], et… sans quelqu’un d’autre, tu n’es rien.

 C’est à la fois le mystère et la joie de l’expérience humaine. Cela exige une compréhension profonde au sein de ce paradoxe. Lorsque vous entamez vos relations personnelles, vous êtes remplis d’anticipation, le cœur grand ouvert et l’âme joyeuse. Entre 40 et 60 ans (souvent bien avant), vous avez abandonné votre plus grand rêve, et vous vous êtes contentés de votre attente la moins élevée, ou de rien du tout.

 Le problème est si fondamental, si simple et pourtant si mal compris que c’est tragique : il suffirait que chaque personne se trouvant en relation se préoccupe, non pas de l’autre, mais seulement de Soi ! »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

[ comprenons : "se consacrer à son évolution personnelle", car seule une personne construite peut aimer véritablement.
« Pour aimer, il faut être » rappelle Arnaud Desjardins ]