Le suicide  



« Le voyage est monotone pour certains et exaltant pour d'autres.
Sauter en marche est dangereux et fortement déconseillé... »
[ Sylvie Lorain-Berger, "Les messagers de l'au-delà" ]
Un geste inutile,
regrettable
...et regretté

Le suicide de Sophie
Le suicide de Carole

En résumé




___un geste inutile___

« Les auteurs de cet acte le découvrent trop tard, la vie continue. »
[ R. Altea, "Une longue échelle vers le ciel" ]

 « Quand une personne se donne la mort, l’une des premières choses dont elle prend conscience c’est qu’elle n’est pas morte. Elle est dominée par une pénible impression de pesanteur parce que sa nature comporte encore des attaches terrestres. En un sens son âme n’est pas entièrement libre. Coincée entre le monde physique et le monde spirituel, l’âme est vivante mais incapable de communiquer avec les êtres aimés ou n’importe qui d’autre. L’âme regrette d’avoir abrégé ses jours, elle découvre quelle était la nature de sa destinée et comme son existence aurait été utile et riche de sens si elle était restée en vie. Dans la dimension spirituelle elle apprend pourquoi il lui a fallu vivre les expériences qui l’ont poussée au suicide.

 De plus elle sent la douleur et la colère de ceux qu’elle a laissés. Hantée par son geste, elle demeure dans les limbes. »
( J. Van Praagh, 'Dialogues avec l’au-delà' )

 « La première prise de conscience s'accompagne souvent d'incompréhension et de révolte pour ceux qui pensaient être définitivement morts. Les autres sont étonnés par leur survie et par ces tourments qu'ils ne pensaient plus ressentir en se donnant la mort.
 Ils se retrouvent à côté de leurs proches. Ressentant l'insoutenable souffrance qu'ils ont provoquée, ils font des signes pour démontrer leur présence et pour être aidés. »
[ Alain Joseph Bellet, 'Dialogues avec le monde des esprits' ]





___un geste regrettable___

« Le suicide ne résout rien car les problèmes sont des obstacles que nous devons franchir. Que nous nous trouvions d’un côté ou de l’autre, ces problèmes se dresseront devant nous. C’est notre manière de les affronter, notre état d’esprit, qui détermine leur caractère plus ou moins insurmontable. »
[ R. Altea, "Une longue échelle vers le ciel" ]

 « Les africains, rompus dès l’enfance aux privations, mettent rarement fin à leurs jours. Mais en Europe, les suicides de jeunes vont se multipliant. Quand les difficultés et les souffrances prennent place dans une vie auparavant facile, arrive la tentation de se laisser tomber dans ce qu’on espère être le néant. Que suis-je, moi, pour leur faire accepter l’expérience de ceux que la douleur a fait grandir ? »
( 'L'adieu de sœur Emmanuelle' )

 « (...) Votre épreuve consistait dans un enchainement de circonstances qui devaient vous donner, non la nécessité, mais la tentation du suicide. »
[ Message recueilli par Allan Kardec ]

 « Tout individu n’a que les épreuves qu’il est capable de supporter. Rien n’est infligé à l’homme qu’il ne puisse surmonter. »
( D. Meurois et A. Givaudan, 'Terre d'émeraude' )

 « Lors d'un contact médiumnique, l’esprit de Jean s'inquiéta des idées suicidaires de sa femme :

" Elle aurait tout à recommencer ! "

 Je demeure persuadé que lorsque une personne met fin à ses jours, elle met un terme à l’accomplissement d’un but spirituel sur cette terre. Elle devra faire le choix de revenir ici-bas.

 Il y a beaucoup de cause à cet acte, mais ce que je sais, c’est que l’âme regrette d’avoir mis fin à ses jours quand elle voit la souffrance de ses proches restés sur terre. »
[ Alain Joseph Bellet (médium) ]

 « Respectez votre temps de séjour sur Terre. Il y aura un moment où la Sainte demeure vous rappellera. Comprenez que vos bien-aimés y arriveront sans doute à un moment différent du vôtre et que votre voyage sur Terre peut prendre un petit peu plus longtemps, mais votre amour est éternel. »
[ Doreen Virtue, "Communiquer avec les anges" ]

 « L'idée du suicide ne doit pas même nous effleurer. Cet acte ne saurait que gâcher les opportunités que la vie terrestre nous offre afin que nous nous épanouissions. Et plus tard, en y repensant, nous pleurerions ces potentialités perdues pour toujours. Recherchez l'espoir. Le désespoir n'est jamais justifié. Nous sommes ici-bas pour apprendre, pour tâtonner, pour commettre des erreurs. Nos plus rudes épreuves se révéleront un jour nos meilleurs professeurs. »
[ B. Eadie, "Dans les bras de la lumière" ]

 « Chez les Hindous et les Jaïns, se suicider est considéré comme un péché aussi grave que tuer autrui.
 Cependant, dans certaines circonstances, il est considéré comme acceptable d’en finir avec la vie en jeûnant. Cette pratique, appelée prayopavesha, nécessite tant de temps et de volonté qu’il n’y a aucun risque que cela soit fait impulsivement. Cela laisse aussi le temps à l’individu de régler ses affaires, de réfléchir à la vie et de se rapprocher de Dieu. »

( Extrait de Wikipédia )




___... et regretté___

 « La Nature se charge de rappeler certaines vérités à ceux qui ont choisi le suicide comme échappatoire aux maux terrestres. Ils sont amenés à regretter amèrement leur geste et à le réparer rapidement. »
( D. Meurois et A. Givaudan, 'Terre d'émeraude' )

 « Ne nous dissimulons pas que les suicidés subissent tout particulièrement les épreuves de cette région [ bas astral ]. Ils ont abandonné leur corps physique par un moyen artificiel, mais tous les sentiments qui s'y rattachent demeurent inchangés. La mort naturelle entraîne avec la destruction du corps, une extinction partielle de ces sentiments. Aux tourments que donne au suicidé la sensation d'un vide soudain qui se fait en lui, s'ajoutent ceux des désirs et des passions non satisfaits qui l'ont entraîné au suicide. »
[ Rudolf Steiner ]

[ Peu après le décès de son fils ] On chercha sa mère dans toute la maison, et on la trouva enfin, pendue au grenier.

 « Sans le chagrin que m'a causé sa fatale résolution [ dit le fils, interrogé par un médium ], je serais parfaitement heureux. Pauvre et excellente mère ! Elle n'a pu supporter l'épreuve de cette séparation momentanée, et elle a pris, pour être réunie avec son fils qu'elle aimait, la route qui devait l'en éloigner, hélas, pour bien longtemps. Elle a ainsi retardé cette réunion qui aurait été si prompte si elle s'était résignée, humble, devant l'épreuve qui allait la purifier. »
[ Message recueilli par Allan Kardec ]
__________

 « Ma mort fut longue et je traînai longtemps dans l’eau glaciale de la rivière. Avant de mourir je vis simplement, en un éclair, se dérouler ma vie, depuis ce moment de ma chute du pont jusqu’à ma naissance et à ma conception... Je sus tout à coup que la vie avait toujours voulu de moi et que ma naissance n’était pas un hasard malheureux. J’avais tout voulu, dans les moindres détails. Seule ma mort ne faisait pas partie de mon histoire. »
( Anne Givaudan, 'La rupture de contrat' )

 Le suicide de Frank : « Vingt-cinq ans de vie venaient de se dissoudre en quelques longues minutes dans l’eau de la mer qui me laverait de toutes mes souillures. C’est ce que j’avais espéré au plus profond de moi…
 Je ne mis pas longtemps à comprendre que la vie ne cesse pas simplement parce qu’on l’a décidé ainsi. Un univers semblable à celui que je venais de quitter se présenta à moi. Je crus que les pêcheurs m’avaient sauvé et je retrouvais ma cabane et mes questionnements tels que je les avais laissés. Pourtant quelques détails me surprenaient. La pluie de mousson ne me mouillait pas et sur mon cahier s’inscrivaient des mots que je n’avais jamais écrits :

 " Moi Frank, je vais mourir du paludisme et je suis âgé de quarante-cinq ans mais, avant de partir, je voulais dire ceci : La vie est unique et sacrée, elle est un cadeau qui nous aide à vivre la matière, pour y insuffler l’Amour. Dans cette optique, nous choisissons des rôles, tous très différents les uns des autres mais aucun, au grand jamais n’est inutile."

 Ces paroles ne signifient peut-être rien pour vous, mais pour moi, elles étaient limpides. Je compris que j’avais mis fin à mes jours, par désespérance, alors que quelques années me restaient à parcourir pour comprendre et guérir mon âme..
 »
( Anne Givaudan, 'La rupture de contrat' )
__________

 Mado Maurin s'adresse à son fils, Patrick Dewaere qui s'est suicidé :

 « Accepter la mort de son enfant, c'est le mettre au monde une seconde fois. Notre révolte est la seule ombre qui puisse encore l'atteindre en cette patrie où nous nous retrouverons.
 Ce qui m'est le plus difficile, c'est que mon fils a tranché volontairement le fil de sa vie, et c'est ce qui me tiendra à genoux devant le Seigneur jusqu'à nos retrouvailles. »
__________

 « Cela [ suicide collectif de trois ados ] a tellement de conséquences que nous sommes honteux de ne pas avoir cherché en nous l'espérance d'un jour meilleur.

 Chers parents, Nous savons que vous nous avez pardonné. Il n'en reste pas moins que chque jour nous ressentons votre peine.
 Nous venons à travers ce médium adresser un message aux jeunes qui liront cet ouvrage : "Ne commettez pas l'irréparable. Vous qui avez le blues, ne vous laissez pas emporter par la déprime, par le désespoir. Regardez ce que la vie peut encore vous offrir, et alors que tout peut vous sembler sans espoir, dans la croyance et la foi en Dieu, vous verrez la lumière éclaircir votre chemin. Nous regrettons notre manque de confiance en Dieu."
 »
[ Alain Joseph Bellet, 'Dialogues avec le monde des esprits' ]





___en résumé___

  À la lumière de tout ceci, nous réalisons que si certaines religions ajoutent l'opprobre à la douleur de la famille lors d'un suicide, c'est sans doute pour détourner d'un tel acte. Car s'il existe un "enfer" pour les malheureux qui y recourent,
 . c'est le remord de voir leurs proches souffrir à ce point (ils ne l'imaginaient pas ou pensaient ne manquer à personne)
 . c'est de constater la vanité de leur geste : ils n'ont pas "sombré dans ce néant" qu'ils appelaient. Au contraire, une perception, une conscience totale de leur vie leur permet d'observer l'illusoire de leur situation "désespérée".

Loin donc d'être soulagés d'avoir échappé à leurs difficultés, ils supplient Dieu de leur offrir au plus vite une nouvelle chance de se surpasser.

Quant à nous, ne culpabilisons pas, ils cachaient l'ampleur de leur détresse ; de plus, lorsque le processus est engagé il est très difficile d'en désamorcer la spirale.
Si nous les aimons, prions ardemment pour eux ; parlons-leur, exprimons-leur notre amour, pardonnons-leur et invitons-les à se tourner vers la Lumière.

Image flottante  À lire également