Les animaux


  « Lorsque s’établissent des affinités entre vous et une plante ou un animal, il arrive que vous entriez en communication avec l’esprit de la plante ou celui de l’animal. »

* *

Tout comme nous, les animaux, et aussi les plantes, sont une émergence de l'âme Universelle. cf. « Qu'est-ce que l'âme ? »
__________

 « Ici nous avons toutes les sortes d’animaux, et tous vivent en harmonie.

 (...) Il y a une dimension vibratoire habitée par les animaux. »
__________

 « On sait qu’il y a des zones où les animaux vont après la vie – c’est l’équivalent de notre au-delà -, et d’où ils peuvent continuer à nous envoyer des signes. Quand on s’est beaucoup aimé, il est possible de les revoir quand on meurt. »
__________

 « (…) Ensuite nous donnons aux petits animaux une sépulture. Une âme est une âme. Qu’elle soit humaine ou animale. Et à toute âme il faut une pensée d’amour, pour l’aider à passer de l’autre côté. »
__________

 « Oui maman, j’ai vu dans ta pensée la mort de cette pauvre petite bête qui avait accompli inconsciemment le rôle de donneuse de joies modestes et qui elle aussi aimait… confusément mais positivement. Elle non plus n’est pas réellement morte, rien de ce qui est vivant ne meurt.
 Dégagés de la matière, ils peuvent s’entretenir avec nous, puisque les animaux pensent et que la pensée est le langage des esprits libérés. »
__________

 « Lorsqu’un animal meurt, il est accueilli par le ou les êtres humains avec lesquels il a été en rapport sur la terre. Si ce n’est pas possible ou s’il n’était associé à personne, des esprits gardiens viennent à sa rencontre, des âmes généreuses qui aiment à s’occuper des animaux. Souvent, l’animal mort depuis peu, revient à son lieu de résidence terrestre, s’asseyant probablement dans le même fauteuil et dormant au même endroit.
 Se souvenant de l’amour que vous lui avez témoigné, il revient souvent veiller sur vous et vous protéger. »
__________

 « Le 29 mars 2006 mon chat Poussy s'en est allé ; il avait seize ans, souffrait de graves problèmes rénaux. Nous ne nous étions jamais séparés, partout où j'allais il venait aussi ; imaginez ma douleur lorsqu'il ne fut plus là ! Deux mois après son départ je venais de me réveiller et m'apprêtais à me lever quand brusquement je me rendormis et fis ce rêve étrange :

J'entrais dans mon appartement et toute étonnée j'aperçus Poussy dans le jardin, courant et s'amusant comme autrefois quand il était jeune et en pleine forme. Il y avait une luminosité et une douceur incomparable dans l'air et j'avais la perception d'une présence près de moi. Je m'approchais de lui et me penchais pour le caresser quand soudain il y eut une vitre entre lui et moi, et à cet instant j'entendis très distinctement ces mots : « Ce n est pas encore le moment. »

et je me réveillais. Je me précipitais dans le jardin mais bien sûr tout était différent... »