Les inspirations,

 les contacts 

Le contact entre les 2 mondes
Un contact subtil
Les pensées
Le sommeil, les rêves
Communications / manifestations
La voyance
Le spiritisme
Les contacts dangereux
Les médiums / la médiumnité
Leur rôle
Témoignages de patients
Expériences aux frontières de la mort (EMI,NDE)
NDE négatives
Témoignages de médecins
La corde d'argent, l'aura...




  « La perception de l'autre monde ne nous éloigne pas du monde "réel" comme d'aucuns le craignent. Seule, au contraire, elle nous donne la confiance pour la vie. Elle nous fait découvrir les Causes, tandis que sans elle, nous tâtonnons comme des aveugles dans le monde des Effets.

 Seule la connaissance des vérités suprasensibles confère un sens aux "réalités" sensibles. C'est pourquoi cette connaissance, bien loin de diminuer notre aptitude à la vie, ne peut que l'accroître, car seul celui qui comprend la vie, peut devenir un homme vraiment "pratique". »



___le contact entre les 2 mondes___

 « Apprenez à percevoir, à ressentir avec les antennes qui sommeillent en vous. Vous saurez alors que jamais, jamais, nous ne vous avons quittés. »
__________

 « Je suis très heureux que beaucoup de personnes, dans votre monde d’aujourd’hui, deviennent des récepteurs pour établir la communication avec des êtres d’énergie-lumière.
 Ce genre de communication a existé à plusieurs époques dans l’histoire de votre planète, et avec des intensités différentes.
 Ces phénomènes d’intercommunication deviennent quasi nécessaires dans les moments où les âmes sur votre planète se sentent complètement emprisonnées dans des corps physiques, vivant des émotions de façon tellement intensive qu’elles se sentent étouffées et souffrent de claustrophobie. Le monde de lumière devient compatissant à cette forme de misère et facilite la communication pour les réconforter. Bienvenue aux communicatifs. Il y aura réponse... »
__________

  « Lorsque les disparus accèdent aux sphères supérieures, ils peuvent encore communiquer mais ce sera plus difficile pour eux car leurs vibrations spirituelles élevées les éloignent du plan terrestre. Cependant, ils interviennent dans certains cas comme maladie grave, accident à éviter, suicide à empêcher. »
__________

 « Il y a des esprits qui peinent à distinguer ceux qu’ils aiment sur la terre. C’est parce que ceux-ci pensent à eux comme des êtres éloignés d’eux et qui les ont oubliés.

 Je suis heureux lorsque je te sens dans cette ambiance des bois et des champs ; ton esprit est plus libre, plus malléable en quelque sorte, mon message s’y imprègne plus facilement. »
__________

 « Nous sommes à deux pas de vous, à portée de la main… Tous ceux qui m’ont précédé m’ont dit combien ils étaient proches de leurs chers humains, proches mais accédant difficilement à eux. Ils ont multiplié les signes, généralement visuels ou vocaux : certains ont pu montrer leur être spirituel, enveloppe éthérée, d’autres un nuage blanc, bleu, rose… Mais la plupart n’ont rien pu faire d’aussi « concret ». Ils ont tout de même agi, suggérant des mots consolants, les idées d’espoir, parfois même calmant nerveusement ces êtres chers. Que d’interventions de toutes sortes ! 

 (...) Des relations comme la nôtre sont rares, alors qu'elles seraient plus souvent possibles. »
__________

(accueil joyeux)

  Aujourd'hui, il est bon d’être ici. ( sourire radieux )

J’ai souvent senti combien il était difficile à mon Maître de descendre et de rester dans notre atmosphère trop dense. Aujourd'hui ma joie rend les choses plus faciles.
Il désigne le verre d'eau.

  Ce que fait le feu pour toi, l'eau le fait pour moi.

Je comprends que plus je brûlerai de joie, plus je pourrai approcher mon Ange ; par contre le feu de l’Ange doit être atténué par l'eau pour qu’il puisse m’approcher.
__________

 - Votre fils [ décédé ] veut que vous plantiez des fleurs devant la maison.
 - J'y pensais justement l'autre jour.
 - Il vous a mis cette idée en tête.
__________

 « Votre âme, malgré son vêtement temporel reste soi-même, se souvient, vibre à l’appel des autres âmes, même celles du Ciel. Chère maman, c’est ainsi que nos âmes se touchent. Aucun obstacle positif ne peut les empêcher de se joindre. »
__________

 « Votre ouverture nous permet de vous emprunter vos énergies bénéfiques, pour améliorer notre développement, nos relations, et ainsi vous aider plus efficacement. »
__________

 « Les bons esprits ont de l’affinité, de l’attirance, pour les bons esprits, et les mauvais pour les mauvais. Si le médium est vicieux, les esprits inférieurs viennent se regrouper autour de lui et sont toujours prêts à prendre la place des bons esprits que l’on a appelés.

 (...) Ce serait une erreur de croire qu’il faut être médium pour attirer à soi les êtres du monde invisible. L’espace en est peuplé ; nous en avons sans cesse autour de nous, à nos côtés, qui nous voient, nous observent, nous suivent ou nous fuient selon que nous les attirons ou les repoussons. »






___un contact subtil___

  « Certains parents qui ne reçoivent aucun signe se sentent lésés. Pourquoi elle et pas nous ? Pourquoi ce silence ? Est-ce qu’il nous oublie ?

 À quoi je réponds : « Êtes-vous bien sûr de ne rien recevoir ? il n’y a pas que les messages écrits, il y a les songes, les signes subtils, les coïncidences... Rien de spectaculaire, mais nous ne sommes pas au spectacle, nous sommes dans le secret des âmes. »
__________

 « Votre grande erreur est de vivre constamment coupé du cosmos, de vous attarder à des fictions, c'est-à-dire l’ensemble des préoccupations humaines.

 (...) L’envahissement de l’esprit par les problèmes matériels est une chose invraisemblable ; il ne vous donne pas un instant de répit. Les désirs s’enchaînent les uns aux autres. Vous vous réveillez avec des désirs, vous vous endormez avec des désirs, et les mobiles qui vous animent se succèdent comme les vagues de la mer. Ah ! si vous saviez vous apaiser et entrer en repos ! »

_____ À l'adresse de ceux qui cherchent _____
 « Moi (ta mère décédée) je vis avec toi depuis quarante ans, intégrée à ton âme, silencieuse et impuissante bien souvent, sauf quand tu ouvres ton cœur. »
__________

 « Sois attentif, ce livre est loin d’être Mon seul outil. Tu peux poser une question, puis poser ce livre. Mais observe, écoute les paroles de la prochaine chanson que tu entendras, l’information du prochain article que tu liras, le synopsis du prochain film que tu regarderas, la phrase fortuite de la prochaine personne que tu rencontreras ou le murmure de la prochaine rivière, de la prochaine brise qui te caressera l’oreille. Tous ces procédés sont Miens. Si tu écoutes, Je te parlerai. Je viendrai à toi si tu M’invites.

J’ai toujours été là, de toute façon.

 Si tu crois que Dieu n’a qu’une voix ou n’existe que d’une seule façon, tu vas Me croiser jour et nuit sans Me voir. Tu vas passer toute ta vie à chercher Dieu sans Le trouver. Dieu est dans la tristesse et le rire, l’amer et le doux. »
__________

 « Nous éprouvons une sorte de douleur lorsque nous nous approchons psychiquement de la terre. Nous avons l’impression de pénétrer dans une obscurité étouffante. »

Image flottante   Lire ce passage
__________

 « Je suis plein de bonne volonté pour te donner un enseignement, mais pour l’instant ton esprit me cahote. Avant de venir, il te faut traverser des nappes de silence, il faut que ton esprit ne porte plus aucun bourgeon humain.
 Le vide ! ! Une cage pleine peut-elle contenir un oiseau de plus ? Comment Dieu pourrait-il répandre sa grâce dans un cœur habité de désirs ? Il faut t’évider avant de faire signe aux anges.
 (...) Si tu veux vraiment recueillir nos échos, tu dois atteindre une certaine tonalité intérieure. Le moindre des bruissements que je t’enverrai fera alors jaillir en toi des notes du ciel.
 (...) Si votre être intérieur n’est pas construit comme une cathédrale, tout s’effrite dès que nous approchons et nous n’avons qu’une hâte, celle de nous enfuir. Ce qui nous saisit lorsque nous vous retrouvons et que vous n’êtes pas prêts à nous accueillir, c’est le froid ; nous grelottons.
 (...) Tu ne peux capter les bruissements de cette vie lointaine qu’en accordant tes ondes aux ondes célestes.
 (...) Concentre-toi, vide ton esprit, retire-toi de toi-même, et attends. La concentration est difficile mais elle est indispensable.
 (...) Éteins ton univers pour ne plus voir que mes yeux qui te regardent. Je suis au bord de ton cœur, souris-moi.

 Il m’est impossible de te parler dans l’état d’encombrement matériel où tu te trouves. Je m’éloigne à regret car j’avais envie de converser avec toi.
 (...) Les jours passent, et les soirs, et tu ne viens pas. Pourquoi m’infliger cette tristesse ? »
__________

 « J’aime te parler lorsque tu es à moitié réveillée, car alors ton âme est malléable et il est facile à mes doigts d’ange d’imprimer leurs traces. Deviens comme un fil de soie dans le vent ; quand tu auras perdu ta rigidité, tu recevras la somme de mes effluves. »
__________

 « J’aime les longues promenades dans la campagne à tes côtés, c’est dans la solitude que je te retrouve le mieux.

 Maman, je te vois, je te rejoins. Le cri de l’hirondelle est mon cri ; le roucoulement d’un pigeon, ma plainte. Je suis dans le jardin, partout. Il n’y a pas une herbe qui pousse, pas un calice de fleur qui respire sans puiser aux mêmes sources que les miennes.

 (...) Tout se répercute en votre âme : le climat, le soleil, les choses regardées, les choses entendues. Ces résonances traversent vos canaux psychiques et composent les colorations de votre âme. »
__________

 Le père Biondi commença sa conférence ainsi :

 « Si vous avez perdu un être cher et que vous n’avez pas de contacts avec lui, c’est que vous n’avez pas la foi ; par et dans la prière vous pourriez le retrouver ! »






___Les pensées___

  « L'amour, ou pire, la haine sont impérissables. La personnalité de certains défunts restant inchangés, il nous faut éviter d'avoir trop d'ennemis terrestres, car une fois dans l'au-delà, ils nous pousseront à commettre des erreurs. À notre insu, nos pensées peuvent être imprégnées de leurs fluides malfaisants.
 Le monde de l'invisible est un monde de pensées. Seuls les sentiments d'amour nous relient aux plans célestes élevés.  »
__________

- Roland ! ! Roland ! !
 « Dans mes cercles, l’écho de ton appel résonne. Que tous ceux qui murmurent le nom de leur disparu sachent que nous les entendons. »
__________

 « J'ai besoin que vous pensiez à moi, comment dire ? positivement !

 - Et entre maman et toi, comment ça se passe ? [ question du père à Arnaud ]

 « Les ondes sont profondément douloureuses. Pour l'instant, elles gênent la télépathie de part et d'autre. »
__________

 « Le simple fait de penser à un être se trouvant de "l’autre côté", fait s’envoler vers toi la conscience de cet être. Tu ne peux penser à une personne "décédée" sans que l’Essence de cette personne n’en devienne aussitôt consciente. Il n’est pas nécessaire d’utiliser un médium pour obtenir une telle communication. L’amour est le meilleur "médium" de communication.

 Tu n’as d’ailleurs pas besoin d’appeler une âme qui t’a aimé dans cette vie-ci. Sitôt familiarisée avec les possibilités de son existence nouvelle, elle s’envolera vers toi pour t’apporter aide et réconfort si elle sent un trouble, un déséquilibre dans ton champ aurique. »






« Le sommeil est un emprunt fait à la mort pour l'entretien de la vie. »

___le sommeil, les rêves___

  « Votre corps endormi est délivré de toute agitation humaine. et ne vit que par l'esprit. Tu vois, tu entends, tu touches, et cependant tes membres sont inertes.
 Le sommeil est une incursion de l'homme dans l’au-delà. Ses cauchemars ne sont pas étrangers aux zones douloureuses qui enveloppent le paradis. Dans les combats de vos cauchemars, vous avez un aperçu de ces immensités diaboliques qu'il vous faudra traverser si vous vivez loin de Dieu. »
__________

 « Pendant que le corps repose, l’esprit se dégage des liens matériels ; il est plus libre, et peut plus facilement voir les autres esprits avec lesquels il entre en communication. Le rêve n’est que le souvenir de cet état ; même si on ne se souvient de rien, l’âme n’en a pas moins profité de sa liberté. »
__________

 « Sur Terre, à l’état de veille, le conscient d’un individu est incroyablement limité. Mais il n’en est pas de même pendant son sommeil. Le corps astral dans sa totalité est libéré. Il renoue alors avec ses racines, son savoir, et influence ainsi par pulsions la petite partie de lui-même qui est lucide de façon diurne. »
__________

 « Le corps spirituel se sépare du corps physique chaque nuit lorsque nous nous endormons. Dans l’état onirique, nous sommes très sensibles aux impressions en provenance des plans spirituels. Aussi, c’est le moment où notre famille dans le monde des esprits choisit pour communiquer avec nous. La méthode la plus simple pour contacter les esprits pendant le sommeil consiste à penser à eux avant de s’endormir. »
__________

 « Le sommeil délivre en partie l’âme du corps. Mais l’Esprit recouvre également sa liberté dès que les sens s’engourdissent ; le demi-sommeil ou un simple engourdissement peuvent apporter les mêmes images que le rêve.

 Pendant le sommeil, l’Esprit parcourt l’espace, et entre en relation plus directe avec les autres Esprits, soit dans un monde, soit dans un autre.

 Il a le souvenir du passé et quelquefois prévision de l’avenir, mais il est absurde de croire que rêver de telle chose annonce telle chose.

 Le rêve est le souvenir de ce que votre Esprit a vu pendant le sommeil. Mais le plus souvent, ce n’est que le souvenir du trouble qui accompagne votre départ ou votre rentrée, auquel se joint celui de ce que vous avez fait ou de ce qui vous préoccupe dans la journée. »

 - Pourquoi ne se rappelle-t-on pas toujours de nos rêves ?

 « Le corps, matière lourde et grossière, conserve difficilement les impressions qu’à reçues l’Esprit, parce que l’Esprit ne les a pas perçues par les organes du corps. »






 « Lors du sommeil, l'esprit inconscient est plus ouvert pour une réception, mais parfois la séquence de rêve est vécue comme irréaliste, par exemple lorsque le rêveur se voit en même temps que la personne décédée. »
__________

 « Le plus souvent, pendant ton sommeil tu viens me rejoindre ; vous ne vous souvenez plus, au réveil, de ces réunions. Parfois il en reste une impression indéfinissable, et le désir de l’autre vie. Pourquoi Dieu permet-il ces excursions dans une autre sphère ? Nous l’ignorons. Je pense que c’est pour donner à l'homme exilé sur la terre, le courage de continuer son labeur ; c’est la « permission de détente ». Si le voile retombe ensuite, c’est parce que l'homme, de nouveau exilé, au lieu de trouver une force, ne s’en souviendrait que pour gémir de sa condition terrestre.

 Lorsque le sommeil dégage votre esprit de ses liens, vous venez à nous. Nous vous encourageons alors, nous vous « alimentons » puis-je dire, pour continuer votre pèlerinage. Si vous n’en gardez pas le souvenir, c’est que la vie de chair vous paraîtrait trop pénible et totalement au-dessus de vos forces. »
__________

 « Dans cet état neutre dans lequel vous êtes plongés avant de dormir, votre volonté s’éteint ; l’acuité des valeurs extérieures s’estompe. Oh ! malheureux qui négligez de percevoir un des états les plus importants de votre condition ! Le demi-sommeil est le moment exact de « l’entre-vie », entre votre plan et l’autre. »
__________

 « Dès que les sens s'engourdissent, l'esprit se dégage et peut voir au loin ou de près ce qu'il ne pourrait voir avec les yeux. »
__________

 « Dis à maman de beaucoup dormir. Il existe une frontière où les défunts et les vivants se retrouvent, mais il vous faut être profondément endormis. »
__________

Contact avec un esprit qui va s'incarner :

 « Dans quelques instants, Maman va s'endormir et nous allons voir le corps de sa conscience s'élever lentement au-dessus du lit. J'aimerais stimuler son attention, la tirer rapidement de la léthargie des premières phases du sommeil et pénétrer dans la bulle de vie que son âme va bientôt générer. La plupart des futurs enfants le font, notamment pour suggérer le prénom.
 J'espère lui dire quel sera mon chemin de vie, là où j'aurai besoin de son aide, de ses garde-fous ou de ses impulsions. Il est donné à beaucoup d'entre nous de pouvoir agir ainsi, au moins avec l'un de ses futurs parents. »






___communications / manifestations___

Les inspirations les plus fortes viennent du monde immédiatement au dessus du nôtre : le bas astral, là où stagnent les âmes restées attachées à la terre. Il faut donc être très prudent avec les messages que l'on reçoit, et bien davantage avec ceux que l'on sollicite.

**

 « Le mieux est d'attendre des signes spontanés : songes, prémonitions, « coïncidences ». C’est à nous d’être attentifs et de ne pas opposer les arguments du scepticisme, en disant à chaque fois : c’est le hasard. Dans ce cas, nous les découragerions et ils feraient silence. Les évènements qui surgissent dans notre vie sont souvent la réponse à des questions que nous leur avions posées mentalement. Comme un certain temps s’écoule entre la question et la réponse, nous ne faisons pas le lien entre les deux et nous avons l’impression de ne pas avoir été entendus. »
__________

 « Il existe un bas astral, c'est-à-dire le niveau qui suit immédiatement la terre et qui est "habité" par des âmes perturbées. Mais quand une communication s'effectue avec foi, avec amour, elle bénéficie de la protection des niveaux supérieurs. »
__________

 « Mettez-vous en état de grâce avant de quêter le Ciel. Si votre âme n’a pas reprisé ses haillons, de quel droit nous solliciteriez-vous ? Aucun de nous ne se dérangera pour satisfaire à votre curiosité.
 Les signes, il y en a beaucoup, mais leur répercussion en vous est proportionnée à votre degré de chaleur intérieure.

 (...) Nous ne pouvons agir que sur l’infiniment léger. Pour t’envoyer mon image j’ai dû pétrir la poussière, grain par grain.
 Sache accueillir ce qui vous est offert car il vous est souvent donné beaucoup, mais vos yeux regardent sans voir. L’atmosphère est peuplée de nos signaux.

 (...) Maman, le Seigneur t’a comblé en permettant que je t’envoie quelques paillettes célestes, et tu ne rends pas assez grâce au ciel de sa bonté. Tu voudrais toujours plus. Vous voulez toujours plus. Ces quêtes sont lassantes pour nous autres, puisque c’est nous qui sommes chargés de vous écouter, puis de transmettre à Dieu vos supplications. »
__________

 « Le signe, irruption de l'invisible dans le visible, atteste une présence quand on se croit dans l’exil et la solitude. Il soutient quand on se trouve dans la fournaise de l’épreuve. Donné gratuitement, par amour, il nous atteint dans le secret et le silence. Comme les pierres précieuses, il est rare ; il doit être rare.
 Le signe instruit, conseille, réjouit, encourage. Le ciel envoie des signes, mais ils ne sont pas toujours reçus comme tels, car beaucoup d’entre nous sont solidement cuirassés.

 (...) Le signe est toujours subjectif et personnel, il n'est intelligible que pour celui auquel il s'adresse. »
__________

 « Nos défunts m’expliquent qu’il leur est très difficile de déplacer un objet. Si certains y parviennent, la plupart essaient plutôt de nous saluer en utilisant insectes et animaux qui volent : oiseaux, papillons, coccinelles,... »
__________

 « Viens vers Moi par la voie de ton cœur et non par celle de ta tête. Tu ne Me trouveras jamais au niveau de ta tête. »
__________

 « Si seulement ces pauvres humains voulaient se donner le temps de la réflexion, le temps de regarder, ils ressentiraient toutes les vibrations que nous émettons. Mais sans retour ! »
__________

 « Veillez à n'endurcir ni votre esprit ni votre cœur, vous risqueriez de manquer de précieux indices. »
__________

 « Les enfants, puisqu'ils ont encore peu séjourné dans le plan physique, ont gardé une forte connexion avec le monde spirituel. Il n’est pas rare pour eux de voir certains êtres sous leur forme spirituelle, et de pouvoir converser avec eux. Ces entités peuvent être des guides ou des entités perdues et confuses. »
__________

 « Celui qui savait communiquer avec autrui sur un plan affectif, continue une fois dans l’au-delà, à entrer plus facilement que les autres en contact avec les vivants. »
__________

 « Le côté besogneux de vos existences, toujours en quête de profits matériels ou d’avantages humains, altère cet état supra-sensible dans lequel il faut être pour recevoir la lumière de l’au-delà. »

_____ Raymond Bernard _____
 « L'homme peut "s’élever" jusqu’à ceux qui l’ont quitté. La visualisation est le point de départ de tout contact. Visualiser son visage, souriant et accueillant ; insister sur les yeux et regarder ceux-ci comme on le ferait pour un être vivant.

 Quand le contact est établi (la visualisation conduit de façon sûre au contact), cesser la visualisation et s’abandonner à la communion. Celle-ci peut durer quelques secondes, quelques minutes parfois, rarement davantage.

 Il n’y a pas de paroles sur le plan cosmique, il y a échange vibratoire.

 L’impression ressentie aussitôt est une grande paix, une immense consolation et un sublime élan d’amour. »
__________

 « À quoi servent nos matérialisations ? À vous aider à comprendre l’existence d’un autre monde, sur un autre plan ; à vous montrer que le contact est possible dans la joie et la simplicité. »
__________

 « Nous avons découvert que le plus facile pour les esprits pour révéler leur présence étaient les dispositifs électriques (ampoules, télévision, téléphone, etc.). »
__________

Lors d'une écriture automatique : « (...) Ne retiens pas le stylo avec tes doigts si fort ! Merci maman »
__________

 « Bien sûr, il me demande d'essayer un contact avec son père [ décédé ]. Cela nous est refusé.
 L'âme, nous dit-on, a du mal à quitter ses liens terrestres. Aussi ne devons-nous pas tenter de la "réattirer" vers nous, mais bien au contraire, prier pour qu'elle monte le plus vite possible vers l'Amour qui l'attend.
 Peut-être des mois, des années de notre temps terrestre, passeront avant que nous puissions la contacter. Ce n’est que lorsqu’elle parvient dans une sphère de calme et d'Amour qu’elle peut sans encombre pour elle, se pencher vers nous. »
__________

 « Les ailes des anges qui sont de purs esprits ne sont évidemment qu’un attribut imaginé par les hommes pour les peindre. Ils peuvent cependant apparaitre aux hommes avec cet accessoire pour répondre à leur pensée, comme d’autres esprits prennent l’apparence qu’ils avaient sur la terre pour se faire reconnaitre. »
__________

 « Chacun connait cette phrase : "Que son âme repose en paix". Ce temps de repos existe bien, un peu comme une cure de sommeil. Sa durée est plus ou moins longue.
 Souvent en consultation, une personne sollicite un contact avec un défunt ; cependant si le départ est récent, je peux difficilement avoir des nouvelles en direct. Seuls mes guides peuvent me donner des informations.
 Il faut attendre, car l’âme est au repos. Elle se dégage des vibrations terrestres, des moments difficiles vécus sur terre, de la maladie et des traumatismes. Elle se réveillera dans une nouvelle énergie de bien-être. »






___La voyance___

  « Il existe un lien très puissant entre les pensées et le corps [ le guide de l'auteure lui reproche de pratiquer la voyance ]. C'est pourquoi prédire à quelqu'un qu'il va souffrir d'une certaine maladie peut l'amener à la créer par ses propres pensées d'appréhension.
 Le mental se préoccupe de l'avenir parce qu'il aime vous faire croire que demain sera toujours meilleur. Il vous plonge dans l'illusion en vous projetant au dessus du temps. On perd ainsi de précieux moments...
 Dieu a masqué la destinée à l'homme afin qu'il vive en paix dans son présent.
 (...) Beaucoup attendront les bonheurs annoncés comme un dû. Et révéler à une personne de futures épreuves peut la traumatiser et la freiner dans son évolution terrestre.
 (...) Tu leur fait croire en un destin tracé d'avance, alors qu'il n'en est rien. Ils peuvent le transformer en une seconde...
 (...) Il faut faire très attention, car plus les décédés sont proches de la Terre (exceptés ceux qui décident de protéger leurs proches par amour), moins ils en savent. Ils font surtout des déductions par rapport à votre pensée du moment. »
__________

- Pourtant certaines personnes ont besoin d’un éclairage à un moment de leur vie, pour mieux distinguer le bon chemin…
 « Chacun de vous a le pouvoir de distinguer, sans aide extérieure, s’il est sur le bon ou le mauvais chemin. »






_____spiritisme______

  « La doctrine ou philosophie spirite a pour principe les relations avec les esprits ou êtres du monde invisible. » (Introduction du "Livre des Esprits")

 « (...) Le spirite sérieux ne se borne pas à croire ; il croit parce qu'il comprend, et il comprend parce qu'on s'adresse à son jugement. »

**

 « Toutes les fois que les hommes s’assemblent, ils ont avec eux une assemblée occulte qui sympathise avec leurs qualités ou leurs travers, et cela abstraction faite de toute pensée d’évocation. Supposons qu’une réunion d’hommes légers, inconséquents, ait la possibilité de s’entretenir avec les êtres du monde invisible par un interprète, c'est-à-dire un médium ; quels sont ceux qui vont répondre à leur appel ? Évidemment ceux qui sont là, tout prêts, et qui ne cherchent qu’une occasion de communiquer. Ce ne seront assurément pas des esprits supérieurs, pas plus que nos savants ou nos philosophes n'iraient y passer leur temps. »
__________

 « La recherche spirite devrait être placée sur une base scientifique. Elle doit, en outre, être protégée des égarements causés par les esprits demeurant au seuil de l’invisible et qui, par leurs mensonges, pervertissent fréquemment la vérité que des intelligences spirituelles éclairées s’efforcent de transmettre à l’humanité. »
__________

 « On peut reconnaître les âmes rampantes du bas astral lorsque la communication laisse une certaine lassitude et ne crée pas une joie profonde et durable. S’il en est ainsi, il faut couper court à ces communications qui sont épuisantes, et qui ne sont vraiment d’aucune aide.

 Cependant, si vous voulez communiquer avec des parents défunts dont le décès est assez récent, il vaut mieux alors s’adresser à vos guides du monde de lumière. Ils vous transmettront les messages, et s’ils le jugent opportun, ils vous établiront une communication directe. Pendant un temps plus ou moins long, les âmes nouvellement débarquées sont comme abasourdies. Ainsi les communications risquent d’être épuisantes pour l’être terrestre et agaçantes pour l’âme qui expérimente une forme de nouvelle naissance. »






___Les contacts dangereux___

S'ils sont retenus par la matière ou des situations conflictuelles, les personnes qui meurent peuvent, consciemment ou non, se détourner de l'appel des sphères lumineuses, et donc demeurer près du plan terrestre. Si près, qu'ils peuvent inspirer, voire infiltrer l'esprit d'une personne, dès lors qu'elle perd le contrôle d'elle-même (colère, drogue, alcool...); a fortiori s'ils sont invoqués (ouija, tables, pendule, cartes de divination, écriture automatique...), que ce soit par curiosité ou pour contacter un être cher.

 « Les âmes du bas astral s’engouffreraient dans tout canal ouvert et non protégé. »
__________

 « Le commerce de l'âme et de l'énergie est en vogue dans votre monde. Pour éviter toute possession, de la part d'une entité du bas astral ou même d'une âme errante [ qui ignore encore qu'elle n'est plus de ce monde ], évitez la provocation des énergies en fuyant les personnes qui font de la magie, les médiums qui travaillent avec les ondes dont vous ne connaissez pas les origines et qui ne pratiquent pas la prière spirituelle.
 Vous avez tous, dans vos auras, des ondes protectrices, mais un état d'être négatif les affaiblit, et un esprit du mal peut alors les anéantir. »

*

« On expose les gens à des risques sérieux en les incitant à jouer avec le paranormal. On trouve même dans des boutiques de jouets des planches à ouija pour les enfants ! Or

le paranormal n'est pas un jeu.

 Il ne doit pas non plus être exploré pour fuir une réalité qui ne nous satisfait pas ou se fuir soi-même.
 En fait, plus on aborde le paranormal dans une démarche superficielles, plus les chances d'attirer de la négativité sont grandes. Ce sont souvent ceux qui ne sont pas passés dans l'au-delà qui se présentent les premiers et si certains sont un peu perdus ou farceurs, d'autres sont beaucoup plus négatifs et dangereux. On peut croiser ainsi des esprits très malintentionnés, dont certains étaient des meurtriers de leur vivant ou des gens peu recommandables.
 Comme ils ne peuvent plus faire de mal physiquement, ils se nourrissent de la peur qu'ils suscitent. À cet égard, les adolescents, qui par définition sont mal dans leur peau et en proie à des conflits extérieurs et intérieurs, constituent des cibles formidables pour eux.  »

*

 « Toutes les personnes qui se donnent à la magie laissent leurs portes ouvertes aux forces négatives ; le danger est gravissime. »




« Certaines personnes, parce qu’elles pratiquent la magie ou le spiritisme se retrouvent infiltrées par des esprits démoniaques, esprits dans la négativité totale (cela va de celui qui se réjouit de nos petits tracas au serial killer) et ne voulant en aucun cas en sortir. Le médium, s’il ne peut les forcer à passer de l’autre côté, peut cependant les chasser de l’énergie corporelle d’un vivant. Souvent des médiums viennent eux-mêmes me consulter pour que je chasse des entités qui se sont collées à eux pendant certaines de leurs pratiques. »
__________

  « Lorsque le médium se met psychiquement en situation de réception, il se retrouve éclairé par un projecteur dans le monde parallèle ; il devient visible pour beaucoup de défunts. Attirés par cet être vivant qui semble les voir et les entendre, de nombreux disparus s'approchent, impatients de pouvoir communiquer.

 Mais attention, quand vous faites du spiritisme pour vous "amuser", il se produit exactement la même chose : vous devenez visible dans le monde des morts, et généralement ceux qui errent à la recherche d'un peu de lumière ne sont pas ceux que vous auriez envie d'inviter à dîner. Et parce que dans le monde spirituel, la lumière côtoie l'ombre la plus sordide, même les médiums peuvent être envahis contre leur gré. »
__________

 « Un esprit se fait passer par exemple pour un proche défunt pour gagner la confiance de la personne, et au final arrive à la maintenir sous son emprise, influençant de manière négative ses pensées, son comportement, sa vie. Cela peut-être la source de déséquilibres psychologiques importants.

 Je reçois tous les jours du courrier de personnes qui se sentent diminuées et entravées par un esprit après avoir essayé de communiquer avec les disparus. "Retirez-le !" me demandent-ils. Mais ce n'est pas si simple ! C'est comme si on me disait : "Mon fils est subjugué par une femme, retirez l'emprise qu'elle a sur lui !"
 C'est à la personnalité à aller puiser en elle' sa volonté et sa détermination à sortir de l'emprise. Or bien souvent les gens qui sont sous emprise ne demandent que cela. »






___la médiumnité___

  « Le médium fonctionne, en quelque sorte, comme une antenne de radio. Pour entrer en communication avec un mort, il faut être en mesure de capter sa fréquence. L’émetteur et le récepteur doivent être tous les deux sur « la même longueur d’onde »… au sens propre du terme ! Certains défunts vont donc plus facilement contacter certains médiums que d’autres. »
__________

  « Le médium n'accède pas à l'endroit où sont les défunts. Ce sont eux qui viennent à lui. Plus exactement, ils se rejoignent à mi-chemin. Eux, abaissent leur taux vibratoire, et le médium élève son niveau de conscience. Il voit alors apparaitre les défunts entourés d'un champ lumineux plus ou moins irradiant. La vision de cet embrasement lui indique immédiatement à quelle étape ils en sont.

 Dès que l'on pose une question à un médium, il a la sensation de basculer au niveau de son mental, de retomber. Il lui faut ensuite se libérer pour remonter. »
__________

 « Un médium parvient à se régler sur la vibration très élevée du corps éthérique après la mort. Il a la capacité de traverser le voile ténu qui sépare la vie matérielle et la vie spirituelle. Si nous recevons tous constamment des impressions du monde spirituel, le médium, lui, a la faculté de les interpréter. Le message est alors transmis au conscient pour être révélé. »
__________

 « La matière n'étant plus un frein, on peut capter directement l'émotion du défunt sans passer par des mots. Quelle qu'ait été la langue utilisée par celui-ci de son vivant, aucun problème de compréhension ne se pose, et heureusement ! »
__________

 « Le médium n'agit que lorsqu'il est autorisé à le faire, à des fins utiles et bénéfiques. Ce qui exclut toute dérive consistant à "manipuler", "faire commerce", "prendre du pouvoir" et développer un ego démesuré. Le médium n'est qu'un intermédiaire entre l'au-delà et les vivants d'une part, et entre ses guides et les défunts d'autre part. »
__________

« Les morts, ils font partie de la vie, de notre vie. Toute petite déjà, je les vois... ils sont là mais je n'ai jamais peur. Ils sont tendres et prévenants. Pour moi, ces décédés ne sont pas des fantômes. Ils sont des "personnes physiques". Ils ont un corps et je peux les décrire. Je les vois comme derrière un miroir sans tain, ils se déplacent, bougent, repartent souvent en me faisant un petit signe amical de la main. Je les entends comme si nous nous parlions par téléphone. »
__________

 « Vous ne vous rendez pas compte combien vous êtes entourés d'ondes appartenant à des êtres disparus et qui errent autour de vous. Certains de ceux-ci, captés, investis par la conscience du Mal, dressent des obstacles devant vos actions de Foi, de Charité et d'Espérance. Ils sont les relais du Mal qui pourra même le cas échéant - quoique rarement ! - s'attaquer de front à vous sous des aspects terrifiants.

 Mais la plupart des ondes qui vous entourent sont des ondes neutres, faibles présences malheureuses d'ancêtres, parents ou amis qui, tels des oiseaux blessés ne peuvent s'envoler. Une vie terrestre médiocre, une mort ignorée et voilà ces elfes du marais humain cherchant la sortie ! »
__________

 « Sa présence [ le guide spirituel de la médium ] est si naturelle pour moi qu'il m'arrive d'oublier qu'elle est invisible aux yeux des autres.

 (...) L'atmosphère tumultueuse des boîtes de nuit aiguise l'acuité de mon troisième œil. Celui-ci me confirme que beaucoup de désincarnés vivent avec nous sur Terre. Les deux mondes s'interpénètrent ! Je croyais naïvement que les morts partaient vivre sur des plans plus élevés que la Terre et descendaient nous rendre visite quand ils le décidaient. Mais apparemment il n'en est rien, puisque je les vois déambuler et se mêler à nous. Étrange...
 Certains désincarnés sont plus distincts à ma vision intérieure que d'autres. C'est surprenant de les voir aller et venir, puis disparaitre d'un seul coup. Où partent-ils ? Aucun d'eux ne m'adresse la parole.

 J'ai pris l'habitude de scruter l'espace, cherchant mon père au-delà des voiles de l'invisible. Mais je ne le vois pas. Je n'ose pas l'évoquer. On ne doit jamais déranger les morts. Il faut attendre patiemment leurs visites...

 - Ne cherche pas ton père ici. Je t'ai déjà dit qu'il n'est pas sur ce plan. »
__________

 « Parfois l’invisible peut rester prisonnier du visible, de nombreuses années. Ils s’entremêlent. Il n’y a pas de jeune femme enfermée dans la cave, c’est son esprit qui est là et qui me demande de l’aide. C’est un peu comme s’il étouffait dans notre réalité. »
__________

- C’est ma maison.

 - Vous êtes mort depuis de longues années.

- Non.

 Le malheureux est mort et il ne le sait pas. Le phénomène est fréquent. Nombreux – trop nombreux ! – sont les êtres qui meurent sans y être préparés. Il est vrai que beaucoup d’entre nous préfèrent ne pas songer au grand passage. Beaucoup refusent de vivre leur vie les yeux ouverts ; et ceux-là, comme ils ont été inconscients de leur vie, le seront de leur mort.

 Certains restent prostrés dans l’incertitude. Ceux-là ont besoin d’aide et d’amour pour trouver en eux l’équilibre qui leur permettra de s’ouvrir à l’autre dimension.

- Maman est morte quand j’avais vingt ans.

 - Votre maman est auprès de vous, et vous ne la voyez pas. »
__________

 Le défunt confirme en me regardant : « Oh, oui, un bel enterrement ». En pensée, je lui adresse ce message : « Le collègue décédé, c’est vous ! – Quoi ? Moi ? me répond-il, c’était mon enterrement ? »

 Le mort participait ainsi à la conversation sans se rendre compte que l’on parlait de lui. Après s’être fait renversé par une voiture, il avait dû se relever et rentrer chez lui en se disant : « Ouf, je l’ai échappé belle. » Il avait continué à aller au bureau, où il avait appris la mort d’un collègue. De fait, l’esprit errant a une conscience altérée parce qu’il n’a plus de corps physique. Sa perception de notre réalité peut nous paraitre à bien des égards décousue et absurde. La plupart sont tout simplement perdus, paumés. Ils ont eu, après leur mort physique, du mal à élever leur vibration et, de ce fait, ils sont encore très proches de nous et de notre quotidien. Ceux qui ont compris qu’ils sont morts se demandent se qu’ils font là… et s’il y a une sortie. »
(cf. "Les esprits errants")





___le rôle des médiums___

  « Redeviens une personne sociale, mêle-toi à la foule des vivants ! Il est déjà prévu que tu noues des contacts avec certaines personnes. Chaque rencontre est déjà préparée à l'avance. Ton agenda est plein de rendez-vous, si tu veux le savoir ! Nous avons besoin de toi pour élargir et créer de nouveaux liens entre le Ciel et la Terre. »
__________

 « Le deuxième contact médiumnique fut encore plus fort, et commença vraiment à atténuer la souffrance de Linda. Celle-ci avait fini par comprendre que son mari était parti à l’heure qui devait être la sienne. Il n’y avait pas à culpabiliser. C’était ainsi. Chacun son heure ! L’esprit de son mari lui demanda de poursuivre sa route en veillant bien sur leurs enfants. Linda avait véritablement admis qu’elle devait laisser son mari évoluer dans l’au-delà en faisant en sorte qu’aucune peine ne le retienne.

 Aujourd'hui, elle pense toujours à lui, mais de façon paisible. Elle a accepté son départ. »
__________

 « Pour faire parvenir son message, l'âme désincarnée utilisera une part considérable de l'énergie vitale du médium.

 (...) Pour m'harmoniser aux pensées et aux sentiments d'un esprit, je dois élever mes vibrations et l'esprit doit à son tour baisser quelque peu les siennes. Cela s'avère parfois très difficile. »






Voici deux exemples empruntés à François Brune (*) Prêtre catholique français, né en 1931, auteur de nombreux ouvrages sur la théologie, la spiritualité et la vie après la mort :

Morts violentes


  « Un ouvrier se tue sur le coup en allumant une lampe à souder dans une cuve à essence vide mal nettoyée et mal ventilée. Ce qui ne l’empêchera pas bien sûr de rentrer tranquillement chez lui… sans son corps charnel, le seul malheureusement que la plupart des gens puissent voir. Chez lui tout le monde est en pleurs et parle de sa mort. Il essaie de rassurer sa mère, de lui montrer qu’il est là, de lui parler… peine perdue. C’est finalement chez une voisine qu’il va trouver assistance. D'abord une femme qui, sans le voir, sent sa présence et peut, en pensée, dialoguer directement avec lui. Il faudra beaucoup de patience à cette femme pour lui faire admettre qu’il est passé dans l’autre monde. Enfin, un de ses parents, trépassé avant lui, viendra le chercher. À l’occasion d’un contact il déclara : "Comment se fait-il que des choses aussi importantes ne soient pas enseignées dans l’Eglise ? Ils sont criminels de ne pas en parler. Cela m’aurait éviter bien des angoisses de ce côté-ci dans les premiers temps." »

**

 « Un pauvre camionneur portugais a eu un accident. La cabine est complètement carbonisée, mais il a dû trépasser sans s’en apercevoir car il continue à faire des efforts désespérés pour redresser son camion. C’est une jeune médium qui, passant près du lieu de l’accident en voiture, a pu comprendre et décrire la scène. »

**

 « Dans bien des cas, la personne qui meurt de façon violente n’a pas conscience que le processus de la mort a suivi son cours. L’esprit peut ignorer ce qu’il a vécu pendant plusieurs années. Au cours desquelles il pourra visiter tous les endroits qu’il a fréquentés lors de son existence terrestre, en croyant qu’il est toujours vivant, mais qu’il est en train de rêver.

 On me demande souvent, si l'être cher a souffert au moment de l'impact fatal. Dans la majorité des cas, il se produit une perte de connaissance et l’esprit ne garde aucun souvenir de l’évènement. Souvent, un esprit affirmera avoir vu le véhicule en pièces et s’être demandé quelle malheureuse personne avait été tuée. Il ne réalisera qu’il a vécu cet expérience qu’après avoir reconnu sa propre forme inanimée. »





Séance avec un médium


 « Je m'étonne de constater qu'un nombre aussi élevé de personnes croient encore que la mort est la fin de toute existence.

 (...) Au cours de la séance, les esprits utilisent aussi bien l'énergie des clients que la mienne.

 (...) Dès l'instant où je transmets le message d'un esprit à un être cher, en général, la vie de la personne est transformée à jamais. Lorsque la communication s'établit entre les deux mondes - matériel et spirituel -, il ne se produit rien de moins qu'un rapprochement miraculeux.

 (...) Lorsque je leur transmets un message avec les inflexions et la mimique de l'être cher, ils réalisent brusquement que ce dernier n'est pas mort ! En outre, ils sentent l'amour se déverser la pièce depuis le monde spirituel 
(*) Cette présence de l'amour est la garantie qu'il ne s'agit pas de duperie du bas astral. D'ailleurs toute séance avec un médium véritable, consulté dans un but élevé, commence par une prière conjointe adressée à Dieu. Lors de retrouvailles, les vivants prennent conscience, peut-être pour la première fois, que la mort ne les a pas dépouillés de leur relation d'amour. Ils comprennent que les personnes aimées sont encore prêts d'eux, et sont rassurés de savoir qu'ils seront là pour les accueillir lorsque viendra leur tour d'entrer dans l'esprit. Ils réalisent également qu'ils ne peuvent continuer de vivre de la même façon, puisqu'ils ont entendu le témoignage de l'au-delà et senti son amour. Ils ne sont plus dans l'ignorance. Forts de savoir que la mort n'existe pas, ils sont libres de vivre leur vie. En un instant, leur existence tourmentée se transforme en une vie qui accueille la nouveauté à chaque jour, à chaque instant. »




Message d'un ado


  Message d'Hervé Dougé à sa mère :
 « Maman, nous ne sommes pas cachés, nous sommes parmi vous jusqu’à votre retour parmi nous. Mais rappelle-toi qu’un départ précipité comme le mien était inscrit dans mon livre de voyage. Alors ne cherche pas à savoir pourquoi ni comment.
 Mon âme appelle ton âme lorsque tu as besoin de moi, mais prends du recul lorsque tu veux une réponse. Maman, chut ! Pas de larmes pour moi ce soir, mais un sourire car je suis près de toi. Ce n’est pas un mystère, mais une réalité que tu ne crois pas car nous n’avons pas les mêmes vibrations.

 Tu le sais, je n’aimais pas obéir, surtout lorsque j’avais en tête une idée, mais je parlais avec mes dix-huit ans. Mais ici présent, je vais te parler avec l’âge de mon évolution. Maman, tendre maman, je t’aime. Je peux à présent le dire très fort car j’ai laissé mon adolescence de côté et je grandis sans cesse en m’associant aux autres pour faire des missions d’ange gardien.
 À mon arrivée au Ciel, un bel ange est venu à ma rencontre. Il était mon guide sur Terre, ce vieux grand-père que tu as perdu !
 Ne perds jamais confiance, nous sommes bien vivants, nous n’attendons pas le jugement dernier pour nous réveiller.
 La prière n’est pas une récitation mais une conversation avec l’au-delà. Mais tous les actes positifs sont des prières, ta vie est prière.
 Celui qui juge l’autre devra en répondre. Les bavardages racistes et critiques, fuis-les, ils seront jugés à la pesée de l’âme. Qu’importe le regard de l’autre, c’est le tien dans celui de l’autre qui est important car il reflète le souffle divin.

 Papa, mon cher papa, à qui j’ai bien souvent apporté plus de tracas que de bonheur, car je répondais et souvent je claquais la porte pour ne pas entendre tes discours qui auraient été pour moi de bons conseils. Papa, pardon, mon papa pour ma façon ingrate de mon adolescence, et à présent sois heureux de me savoir heureux. Je t’aime, mon père, car j’ai grandi en sagesse. »





Roger


 « Roger est mort à trente-neuf ans, en tombant de son toit. Sa femme s’est remariée au bout de deux ans avec un de ses meilleurs amis. Il a du mal à le supporter. Il espérait qu’elle porterait le deuil plus longtemps et éviterait de se remarier avec ce « profiteur » de René…

 - Il ne l’aime pas, tu sais, il ne voulait que ma maison, mes biens, je le sais aujourd'hui… Quel hypocrite ! Comment peut-elle être aussi aveugle ? En plus, il ne s’occupe pas de mon fils de quinze ans… Tu te rends compte, mon gosse s’est mis à fumer et il s’en fout !

 J’écoute les sempiternelles lamentations de Roger. Il me ressasse sa peine. C’est une âme errante qui ne peut s’éloigner de sa femme et de son enfant, alors qu’il est mort depuis huit ans déjà. Quand il n’est pas chez moi, il est dans son ancienne maison à surveiller les pensées de ses proches. Il a vu son ami transformer petit à petit toutes les pièces du pavillon pour effacer la moindre trace du défunt. Seule une petite photo de lui trône sur le petit bureau de la chambre de son fils. Avant, son fils Ludovic lui parlait en chuchotant dans son lit, sans se douter un instant que son père l’écoutait alors attentivement.

 Parfois Roger faisait tomber un bibelot pour lui signifier sa présence, mais jamais Ludovic n’a fait le lien entre les deux. Il imaginait son père au Ciel avec les anges. Il l'a appelé maintes fois pour éviter que sa mère ne se remarie avec cet homme qui ne l'aime pas, mais il n'a jamais eu aucun signe, alors...

 Roger reste en marge d'un Ciel et d'une Terre où nous, les vivants, ne pouvons pas grand-chose pour lui, à part prier pour qu'il se tourne vers les plans plus lumineux. Je l’écoutais afin de lui apporter la paix de l’âme, alors qu’il n’est pas possible de la trouver sur ce plan de l’astral. L'espace rétréci où il se réfugie, comme tant d’autres décédés, est un plan de conscience où les pensées négatives s’activent sans cesse et le meurtrissent tout en l’obsédant. Sa maison lui appartient encore, comme sa femme. Il reste attaché à des valeurs matérialistes. Il se sent vivant, mais exclu de son monde, il se sent très malheureux.

 « Chaque être humain est entouré de guides, d'entités de sa famille, d'amis partis avant eux. Même s'ils se croient seuls, ils sont très entourés... En revanche tes "amis" [ les décédés errants que la médium essaie d'aider ], sans toi se sentent réellement seuls. Ils ne perçoivent pas leurs guides, et leur égocentrisme fait qu'ils ne voient pas les autres décédés qui les entourent ; ils sont dans un brouillard opaque.... Même si tu établis un contact entre eux, après celui-ci, un sentiment d'isolement leur retombe dessus comme un lourd rideau. L'illusion d'être rejetés persiste à cause de leur refus de mourir au monde terrestre. »

 L'idée d'un enfer spirituel après la mort me déroute. Aussi je veux guérir ces décédés de leur chagrin, susciter leur pardon. Mais une bonne fois pour toutes, il me fallait adopter l'idée que quitter son corps ne transforme pas l'âme. Le double éthérique nous suit, imprégné de nos pensées, et certaines sont comme de la boue séchée sur celui-ci. Alourdi, il ne peut se mouvoir sur des plans supérieurs.

 - Roger, je t'empêche d'évoluer. Il est temps pour toi de te tourner vers tes véritables amis, tes guides qui n'attendent que cela pour te mener vers des sphères plus hautes.

 - Quels guides ? De qui parlez-vous ?

 - Des guides spirituels qui nous protègent.

 - Qu'est-ce que c'est que ces bêtises ! Je ne vois personne qui ressemble à un guide.

**

 La médium prend des nouvelles d'une autre de ses "protégées" :

 - Et Arlette, va-t-elle monter de plan ?

 - Oui, en t'écoutant elle a compris que pour elle la Terre est un enfer et qu'elle sera plus aimée ailleurs. Ta demande a touché son âme et cette émotion lui a permis de distinguer les guides de lumière venus à sa rencontre. Elle les a suivis. »






___témoignages de patients___

  « J'ai eu la conviction que la mort n’était que la continuation de la vie quand ma mère, décédée, m’a parlé. À l’époque je ne croyais pas trop à la "médiumnité", mais mon scepticisme disparut sitôt que je vis la médium entrer en transe. Elle dût rapidement se coucher et adopta la posture qui était autrefois celle de ma mère en raison de sa paralysie. Je voyais les traits et les caractéristiques de ma mère se superposer clairement à ceux de cette femme.
 À grand-peine, ma mère s’adressa à moi. Elle m’expliqua qu’elle avait choisi une vie difficile pour apprendre la compassion envers ceux qui souffrent et qu'en dépit des apparences, si l'on regarde sous la surface, on constate que les choses sont toujours justes.

 Le message qu'elle me délivra transforma ma vision du monde et provoqua la réouverture des dons de clairvoyance que je possédais enfant, mais que j'avais rejetés, craignant d'être anormale. »






___expériences aux frontières de la mort___

Les progrès considérables réalisés dans le domaine de la réanimation ont suscité des témoignages relevant du fantastique... que l'avènement d'Internet a cependant conforté par un flot continu de cas, dûment analysés.
Le stupéfiant est qu'ils corroborent en tout points les messages de médiums très sérieux et des textes anciens.
On ne peut donc pas aujourd’hui rejeter tout cela sans avoir consulté ces études.

* *

  « Les Expériences de Mort Imminente ou EMI ( NDE -Near Death Experience- en anglais ), sujet bien connu aujourd'hui du grand public, sont vécues par des personnes qui, suite à un accident ou des problèmes de santé, se retrouvent cliniquement mortes pendant quelques secondes ou quelques minutes avant d’être ranimées. Si certaines ne se rappellent de rien, d’autres font d’étranges témoignages de ce qu’elles ont vécu pendant ce laps de temps. Ce qui est intéressant et qui a attiré l’attention sur le phénomène, c’est que ces expériences, rapportées par des personnes de culture et de religions différentes, présentes des points communs :  Après une EMI, les personnes interrogées affirment ne plus avoir peur de mourir et sont transformées. »
__________

 « Le phénomène [ de retour de mort apparente ou NDE ] n’est pas nouveau puisque déjà dans les temps plus anciens il est signalé par Pline, Socrate, Plotin, Plutarque ou Platon qui tous parlaient des "voyages de l’âme".

 L’expérience de Saint Paul sur la route de Damas présente de nombreux points communs avec ce que l’on appelle aujourd'hui NDE. »
__________

 Témoignage de Pamela Reynolds ayant subi une rare intervention au cerveau avec arrêt circulatoire hypothermique (EEG plat) :

« J’ai entendu un bruit qui m’a fait penser à la fraise du dentiste. Je suis alors sortie par le haut de ma tête. Dans cet état j’avais une vision extrêmement claire de la situation [ description précise et vérifiée des instruments, des gestes et dialogues des médecins. ].

 J’ai soudain senti une présence et quand je me suis retournée, j’ai vu un minuscule point lumineux. Il semblait très éloigné et quand je me suis approchée, j’ai entendu ma grand-mère m’appeler. Je suis aussitôt allée vers elle. Plus je me rapprochais de la lumière, puis je voyais des gens que je connaissais. Ma grand-mère n’avait pas l’apparence d’une vielle femme ; elle était radieuse. Tout le monde avait l’air jeune, sain et fort. Je dirais qu’ils étaient de la lumière, eux ou leurs vêtements. Je voulais en savoir plus sur la musique, sur le bruit d’une chute d’eau, sur les chants d’oiseaux que j’entendais et pourquoi ils ne me laissaient pas aller plus loin. Ils m’ont dit (ils pensaient et j’entendais) que je ne devais pas entrer dans la lumière, sinon ils ne pourraient plus me relier à mon moi physique. Mon oncle m’a ramenée en bas à travers le tunnel et pendant tout le voyage, j’ai intensément désiré retourner à mon corps, revoir ma famille.
 Puis en voyant mon corps, j’ai pensé à une épave. Il avait l’air de ce qu’il était : mort. Et je n’ai plus voulu y retourner. Mon oncle m’a communiqué que c’était comme sauter dans une piscine. « Vas-y, saute ! », me disait-il. Et puis il m’a donné une sorte de claque dans le dos et quand j’ai touché le corps, c’est comme si j’étais tombée dans un bassin d’eau glacée. Je n’oublierai jamais ça. »
__________

 « Les expériences aux frontières de la mort [ EMI ] ne sont pas causées par un manque d'oxygène dans le cerveau, ni par les médicaments, ni par les tensions psychologiques suscitées par la peur de mourir. Elles sont absolument réelles et non point le fait d'hallucinations de l'esprit. Les recherches scientifiques conduites depuis vingt ans l'ont établi. »
__________

 « La séquence événementielle décrite par les patients revenus d'une mort clinique est presque toujours la même, et ceci indépendamment des cultures, des philosophies, des lieux ou des religions.

 Chacun l'exprime avec sa sensibilité et sa culture. Par exemple, un enfant victime d’un arrêt cardiaque dit avoir vu « un grand monsieur qui s’éclairait tout seul » pour décrire l’être de lumière. Certains rencontrent Jésus-Christ ou la Vierge Marie, d’autres Bouddha, d’autres encore le prophète Mahomet. Mais pour tous, désormais c’est une certitude, la vie se poursuit après la mort :

 " Même si un scientifique parvenait à prouver par A plus B que mon expérience n’était qu’une hallucination, je ne le croirai pas une seule seconde, car je suis certain que ce que j’ai vécu était bien réel et n’avait rien à voir avec un rêve ou une hallucination !" »
__________

 « Il est intéressant de comparer les témoignages d'EMI avec ceux des défunts. Si les défunts, dans l'au-delà, évoquent un sentiment de bonheur et parlent quelquefois de lumière, ce qu'ils racontent est néanmoins très différent. Là où nous allons pendant une EMI n’est pas là où nous irons à notre mort. »




Extraits du livre de Patrice Van Eersel
'La source noire'


Un cas de NDE (Near Death Experience) :

 « Blanchard avait tenté de résister, mais en vain. L’attraction était trop forte, et il s’était mis à descendre. À descendre vers quoi ? Vers son propre corps, qu’il avait fini par apercevoir, allongé, inanimé, quelques mètres plus bas. (…) Lentement il avait eu la sensation de réintégrer son corps, comme on enfile une combinaison, en y entrant par la tête. Une impression extrêmement pénible, car cette « combinaison physique » s’avéra être infiniment lourde, douloureuse et surtout de plusieurs tailles trop petite. Quand enfin son regard s’était retrouvé « derrière ses yeux » comme derrière des lunettes, son corps avait commencé à bouger, au grand soulagement de ceux qui l’imaginaient mort. »

**

Extrait de l'entretien de Patrice Van Eersel avec Kenneth Ring, professeur émérite de psychologie à l'université du Connecticut qui a également publié de nombreux ouvrages et directeur de l’ International Association for Near Death Studies :

 « Jusqu’à il y a peu de temps, la réaction des proches devant le récit d’un experiencer était négative, dans 99% des cas ! Aujourd'hui, suite aux nombreux livres sur le sujet, les langues se délient. La seconde raison de l’émergence brutale des NDE, c’est l’amélioration formidable des techniques de réanimation. Et l’on s’est rendu compte qu’un pourcentage constant des « survivants » ramenait un récit de NDE, avec au moins une sortie du corps.

 Les chiffres tournent autour de 40-50%, soit presque un sur deux ! C'est le premier stade.
 Deuxième stade : 37% de cet échantillon ont pu voir leur corps en se demandant s’ils étaient encore vivants. La réponse étant généralement non.
 Troisième stade : 23% ont traversé à très grande vitesse un tunnel ou l’équivalent, vide sidéral, puits ou autre.
 Quatrième stade : 16% ont dit avoir vu la lumière immense et son rayonnement d’intense amour.
 Cinquième stade : 10% de personnes ramenées à la vie (des millions à l'échelle de la planète) ont pénétré cette lumière, mais là les récits éclatent en mille versions.

 « Les experiencers du 5ème stade, reprend Kenneth Ring, ont subi une quadruple transformation : physique, émotionnelle, intellectuelle et spirituelle. Au sens propre, il s’agit de mutants. Leur premier sentiment est négatif. Avoir fusionné avec le « nectar sublime », puis revenir dans le monde constitue une source de difficultés terribles.

 Le rescapé rayonnant d’amour commence généralement par irriter ses proches au-delà du tolérable. Tout ce qui est relationnel et social le choque ; il trouve nos relations terriblement grossières. Ainsi les programmes de télé lui font l’effet d’une « coulée de vomi » dans sa propre maison ! Alors hop, il éteint le petit écran à tout bout de champ. Face aux véhémentes protestations, le malheureux doit apprendre à renoncer, à laisser les siens se gaver de poison sans broncher. Il en souffre énormément. Ce qui le choque le plus ? l’étalage permanent de la violence, physique ou verbale.

 - Mais cela doit pousser les gens au suicide !

 - Vous voulez rire ! Tous ces gens qui ont failli mourir en reviennent amoureux de la vie comme jamais ! Ils le crient à tue-tête et c’est très contagieux. Ils parviennent à faire admettre à leur entourage que la vie est une occasion indispensable à exploiter. »






  « Au retour de mes voyages en astral j’avais de plus en plus de difficulté à accepter les besognes journalières, l’encombrement des villes, la cohue dans les hypermarchés et je percevais de façon aiguë l’agressivité se dégageant de notre monde. Par contraste avec ce qu’il m’était permis de connaitre épisodiquement, cela devenait parfois intolérable, comme si un féroce caricaturiste me prêtait ses facultés d’analyse. L’aveuglement, l’égoïsme, la cupidité me sautaient au visage. Mais il ne me fallait pas refuser le monde et ses embûches. Je devais composer avec la société sans tomber dans ses pièges, les actions violentes contre les déséquilibres ne pouvant mener à leur tour qu’à d’autres déséquilibres et à d’autres excès. »

**

Extrait d'un entretien avec Michael Sabom (cardiologue réputé qui ne croyait pas en la réalité des NDE, mais qui, mis au défi de faire sa propre enquête, a obtenu des résultats si étonnants qu'il a publié des livres dont le plus connu est 'Light and Death') :

 « La différence incroyable qui sépare les rescapés ayant vécu une NDE des rescapés sans souvenir est que les premiers semblent avoir perdu à jamais la peur de la mort, les seconds, non. De plus, ils se retrouvent avec un goût de vivre décuplé et se disent transformés. Ils déclarent savoir reconnaître désormais « ce qui est important (la vie, les détails quotidiens, la disponibilité, l’hospitalité) de ce qui ne l’est pas (le rang, les rôles, l’argent) ». Les effets sur leur vie est bien réel. Certains cessent par exemple de boire, d’autres vont jusqu’à changer de métier, ou s’engagent dans des tâches bénévoles de secouristes ou d’aides-soignants. »

« Depuis mon accident, explique un alpiniste, je n’ai plus peur de mourir, et curieusement, je n’ai plus peur de vivre non plus ; d’approcher les gens, d’être amical, tout ça. »






 « Certains retours, reprend Patrice Van Eersel, sont physiologiquement incompréhensibles. Ainsi, en juillet 1959, Betty Malz repose à l’Union Hospital dans l’Indiana. Stérile, le ventre totalement gangrené, elle finit par s’éteindre après une longue agonie. Morte. Mais non, soudain elle se redresse, pleine d’appétit. Les médecins sidérés essaient de comprendre. Elle demande un repas, ils s’y opposent, ordonnant une diète quasi-totale : elle n’a plus d’estomac et ses pauvres intestins sont ravagés ! Mais un gros repas débarque par erreur dans la chambre. Elle l’engloutit aussitôt. La malheureuse a toutes les chances d’y passer ! Mais non, elle se porte comme un charme. Peu après elle quitte l’hôpital, fait l’amour, et se retrouve enceinte ! »

**

 « Les experiencers s’aperçoivent qu’une bonne partie de leurs attitudes était dictée jusque là par la peur de l’opinion d’autrui. Vouloir faire bonne impression, désirer la célébrité, craindre le rire des autres, tout cela disparait de leur vie comme maladies infantiles. De même, disparait l’attachement excessif aux biens matériels – dont ils découvrent qu’il constitue la source véritable de la fameuse « insécurité » qui accable les sociétés modernes.

 La nature prend une énorme importance. Elle leur semble infiniment plus belle qu’autrefois. Les couleurs, les odeurs, les ombres, le grain des surfaces… Les détails de la vie de tous les jours.

« C’est plus fort que moi, dit une vielle dame, j’aime désormais la plupart des gens que je rencontre, comme des amis très chers. »

« Depuis mon expérience, dit une jeune femme, dès qu’il y a un problème familial ou conjugal dans le quartier, c’est moi qu’on vient consulter. Il faut dire que je ne m’énerve plus jamais, je vois la peine dans les yeux des gens. »

« Les gens se font du mal, dit un ancien boxeur, ils ne comprennent pas que le plus important, c’est notre relation avec les autres. L’amour est la réponse à tout. »

« Le vrai moi qui survit à la mort, dira un garçon boucher de l’Ohio, ce n’est pas, bien sûr, l’ego. C’est juste le contraire. »

 Désormais leur existence a pris un sens. Finie l’errance molle. Une vie spirituelle s’est éveillée en eux. La plupart ne se reconnaissent pas – ou plus – dans un culte particulier. Tous sont persuadés d’avoir été « renvoyés au niveau de conscience terrestre » avec une mission précise : aider l’humanité à accélérer son évolution.

 Plus de trois quart des experiencers du 5ème stade présentent des dons. Certains peuvent guérir par l’imposition des mains. Ou lire la pensée des gens. Ou voir la couleur de leur aura. Ou encore visualiser leur maladie à distance. Certains voient dans l’avenir, mais la plupart s’en passeraient volontiers. Le fait que la vie quotidienne leur devienne à 100% prévisible leur est une épouvantable épreuve.

 Enfant, le cœur de notre identité, se constitue en niant la mort. C’est le sentiment d’être immortel. Viennent ensuite l’angoisse, les limites. Immortel ? promis aux asticots, oui ! Celui qui s’en tient là devient fou. Pour devenir un adulte normal, le petit homme va se mettre à mentir : « Peur de la mort, moi ? pas du tout. » Les « normaux » ? des menteurs forcenés. Heureux ? mais au prix de quelle imposture ? Nous nous rongeons pour des riens, et la destination finale du voyage nous laisserait indifférents ?

 La solution, selon le Pr Ernest Becker, est de « tuer » l’ego, puis renaitre dans une dimension qui transcende la vie. D’ailleurs la plupart des « rescapés sereins » ont cette phrase : « J’ai eu l’impression de mourir, puis de renaitre. »






___NDE négatives___

  « Certaines personnes vivent, et on en parle moins, des EMI négatives. Elles assistent à un spectacle digne des grands clichés sur l’enfer. Des âmes en détresse, qui vivent des turpitudes atroces. Les visions ne sont pas toujours infernales, mais constituent toutefois des expériences traumatisantes d’angoisse profonde et de terreurs intenses. »
__________

 Témoignage de Christian L. :

« J’étais au plafond et je voyais l’anesthésiste me faire un massage cardiaque. Le chirurgien lui demanda ce qu’il devait faire. Il y a avait beaucoup de monde autour de moi pour essayer de me ranimer. Je suis ensuite entré dans une espèce de cône très obscur qui tournait en spirale et un fort courant m’entraina. Au passage, je croisai des visages ridés et grimaçants de gens qui souffraient terriblement. Plus je m’enfonçais dans le cylindre qui devenait de plus en plus étroit, plus les gens souffraient. Ils criaient mais aucun son ne sortait de leurs bouches. C’était terrible. Quand je suis arrivé devant une flamme immense, j’ai cru que j’étais en enfer et que j’allais brûler, là, tout de suite. Mais la flamme s’est mise à danser d’une drôle de façon et m’a enveloppé pour me demander comment j’avais aidé les autres. Je n’ai su que répondre. J’ai alors pris conscience que ma vie passée n’avait été qu’une suite de petits larcins et d’escroqueries minables. Je ne pensais qu’à m’enrichir en volant et en méprisant les autres.
 Cette NDE m’a fait comprendre qu’on ne pouvait être heureux qu’en aidant les autres. C’est maintenant ce que je fais. Ma NDE m’a aussi donné la chance de pouvoir soigner avec mes mains. Je l’ai fait spontanément dès mon retour à la vie. Je soigne gratuitement et ça marche. Mes amis ne me reconnaissent plus car j’étais ce que l’on appelle un businessman qui ne pensait qu’au fric et maintenant je suis complètement dépouillé, mais complètement libre. Je n’ai pas peur de mourir car je sais que j’aurai de bonnes actions à montrer quand je repasserai devant Dieu.
 »






___témoignages de médecins___

  « Je suis heureux de constater que plusieurs médecins – et en particulier le Dr Elisabeth Kübler-Ross – ayant entrepris les mêmes recherches que moi, ont enregistré des résultats identiques.
 De nombreux médecins, ainsi que des hommes d’Eglise, m’ont également fourni l’assurance qu’ils avaient, depuis longtemps, eu connaissance de cas se rapportant à ces phénomènes.
 Lors de mes conférences, certains ont publiquement relaté leur expérience sans même y avoir été incités. En conséquence, bien d’autres que moi ont pu recevoir ces témoignages directs émanant de ceux qui ont vu la mort de près, ils ont donc été en mesure de ressentir et d’apprécier cette impression de sincérité qui m’a toujours frappé dans ces recensions.

 En me fondant sur tout cela et sur bien d’autres facteurs, je peux maintenant affirmer en toute confiance que ce phénomène est sans aucun doute très répandu. Si répandu, ajouterai-je, que la question ne se posera bientôt plus, à mon avis, de savoir si ce phénomène existe réellement, mais plutôt de découvrir quel enseignement nous en pourrons tirer. »
__________

 « Au cas où ces expériences seraient illusoires, s'il n'y avait pas de vie après la mort, il n'y aurait pas grand mal ; mais si ces témoignages reflètent la réalité, mieux vaudrait alors être préparé à ce qui attend tout un chacun. Le "Livre des morts tibétain" (*) « Le "Livre des morts tibétain", comme contribution à l'étude de la mort, de l'existence d'après la mort, et de la renaissance, est unique parmi les livres sacrés ». Il est téléchargeable sur Internet en pdf. a été rédigé dans ce but.  »





___la corde d'argent, l'aura...___

  « Chaque créature vivante est entourée par un champ d’énergie auquel on donne le nom d’aura. Les esprits vous perçoivent comme une forme énergétique. Ils distinguent non seulement votre corps physique mais aussi plusieurs autres niveaux de votre être. L’aura lui permet de voir vos corps émotionnel, mental et spirituel. Là sont contenus tous vos sentiments, vos pensées, vos actions ainsi que votre état physique. C’est pourquoi les esprits sont en mesure de communiquer des informations sur tout problème de santé, maladie ou difficulté émotionnelle que vous pouvez vivre. »
__________

 « Tout objet, toute chose à son halo, mais vos yeux trop frustes ne le voient pas.

 Ce halo, vous le possédez tous ; de là le symbole de l’auréole. Cette sorte de disque que vous portez derrière vos pensées. Ces disques sont lumineux et irisés chez les esprits de grande noblesse. »
__________

 « L’aura est à mes yeux une composante de nous-mêmes. Elle est un reflet de nos affects. À mon sens, c’est elle qui déclenche ce que nous appelons « la première impression » ; c'est elle qui fait que nous nous sentons plus ou moins à l’aise avec une personne.
 L’aura d’une personne vivante révèle une quantité de choses sur elle : état d’esprit, vitalité, santé morale et physique – les deux sont liés. D’ailleurs les bons guérisseurs sont capables d’effectuer des diagnostics d’un seul coup d’œil.

 Les sentiments qui nous affectent modifient spectaculairement notre aura. À qui sait la percevoir, apparaitront aussitôt nos pensées car il est vrai que nous les « projetons » - le mot ne saurait être mieux approprié. Nous ressemblons parfois à ces éruptions de la couronne solaire telles que nous les montre la télévision. Quand un individu « rayonne de bonté », son aura ressemble à un soleil. Mais l'angoisse aussi rayonne. Les mauvaises pensées prennent la forme d'ombres maléfiques.

 Les animaux perçoivent probablement notre aura. Une communication se produit avec les plantes, positive ou négative. J’ai connu des êtres assez engagés dans la voie du mal pour faire crever des plantes sur leur passage. »
__________

 « La corde d'argent est le lien fluidique qui unit le corps physique et le corps subtil. Ce lien est brisé au moment de la mort et cette rupture libère l’âme. Dans le sommeil, le corps subtil sort du corps physique, mais reste toujours relié à la corde d’argent. »