Nos enfants









Qui en est responsable ?
L'éducation
Le besoin de repères
Les difficultés
L'amour
L'exemple
La vision de l'ado

***
Le drame de cette génération
Qu'est-ce qu'une personne décentrée ?
Que pourrions-nous faire d’urgent ?
Et si nous demandons votre aide ?
Qu’arrive-t-il aux jeunes de 7 à 20 ans ?
Message céleste adressé aux jeunes




Ce chapitre nous invite à assumer pleinement la responsabilité de nos enfants
 ...tout en gardant à l'esprit qu'ils ne nous appartiennent pas.





___qui en est responsable ?___

  « Malheur aux pasteurs qui se paissent eux-mêmes ! N'est-ce pas les brebis que doivent paître les pasteurs ? Celle qui s'égarait, vous ne l'avez pas cherchée. C'est avec violence que vous les régentiez, et avec dureté. Elles se sont donc dispersées ; faute de pasteur, elles sont devenues la proie de toutes les bêtes des champs. »
 ( Ezéchiel, XXXIV )

 - Peut-on considérer la paternité comme une mission ?

 « À l’évidence la paternité est un devoir très grand et qui engage plus que l'homme ne le pense. Dieu a mis l’enfant sous la tutelle de ses parents pour que ceux-ci le dirigent dans la voie du bien. »
[ Message recueilli par Allan Kardec ]

 « Maman, il y a dix-sept ans, tu mettais au monde un enfant que tu as cru à toi, et qui en réalité appartenait à Dieu. »
[ Messages célestes de Roland de Jouvenel ]

  « Lorsque tu seras élevé au niveau de la conscience divine, le confort physique des membres de ta famille ne t’inquiètera plus. Tu comprendras que tu n’es responsable d’aucune âme humaine. Toute âme choisi sa propre destinée. Cesse de rendre tes proches dépendants de toi. Cherchez à faire de votre amour un aimant qui d'abord attire, puis pivote et repousse, pour que ceux qui sont attirés vers vous ne se mettent pas à croire qu’ils doivent coller à vous pour survivre.

 Rien n’est plus éloigné de la vérité.

 Que votre amour propulse vos bien-aimés dans le monde –pour qu’ils fassent pleinement l’expérience de Qui Ils Sont [ un esprit avant d'être un corps ]. Alors, vous aurez véritablement aimé. C’est un grand défi de la part du chef de famille. L’ascète n’a pas ce genre d’embêtements. On lui apporte son pain et son eau et il peut consacrer ses heures à la méditation. Comme il est facile de voir le divin dans ces circonstances ! Ah, mais donne-lui un conjoint et des enfants !

 Vois le divin dans un bébé qui a besoin d’être changé à 3 heures du matin. Vois le divin dans les factures à payer. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Aimer sans condition, c'est aussi accepter que “l’autre”, l’aimé, suive un itinéraire que nous n’aurions jamais envisagé ni pour lui ni pour nous. »
( Anne Givaudan, 'La rupture de contrat' )

 « Tu as été le nid, mais tu n’es pas maître de leur vie. Il faut apprendre le détachement et arrêter de vouloir régenter. Vois-tu, personne ne peut se permettre de faire obstacle à leur chemin. Ce qui est bon pour toi ne l’est pas forcément pour eux ! »
( A. Ray-Wendling, "Un soleil trop tard" )

 « Les joies de mes enfants sont les miennes, leurs peines me taraudent. Je suis loin d’avoir appris le détachement. Pourtant grâce aux messages, j’ai compris que leurs âmes nous avaient choisis, leur père et moi, pour effectuer avec elles le chemin en cette nouvelle incarnation.
 J'ai compris qu’on m’avait « prêté » mes enfants, pour les accompagner sur ce chemin de vie. J’ai compris aussi, très difficilement, qu’ils étaient venus accomplir leur mission, leur chemin, avec mon aide et celle de leur père.
 Il m’a également fallu admettre de ne pas toujours les protéger, de ne pas retirer tous les cailloux de leur route car, à ce moment-là, ils seraient venus pour rien et devraient recommencer, se réincarner pour la même mission.

 Mon amour infini peut les entourer de lumière, mais ne doit pas faire le trajet à leur place. Ce qui est à vivre est à vivre, l'âme l'a choisi avant de redescendre. L'âme possède toujours le libre arbitre, et seule, en son intimité, elle décide de ses pas, de sa route et toujours de l'inflexion de son destin.
 Ainsi cet enfant ne nous appartient pas. Il est l'âme qui s'est confiée à nous pour l'aider à grandir, à accomplir la trajectoire qu'elle s'est programmée avant cette apnée terrestre, avec Dieu et ses guides.

 L’amour d’un père ou d’une mère est souvent tellement fort, tellement possessif, qu'il étouffe l’enfant au lieu de rester en retrait, en témoin affectueux, attentif mais discret. Dieu que c'est dur de les aimer à la folie tout en les laissant vivre ! Dieu que c'est dur de les aimer à la folie tout en les laissant vivre ! »
( A. Ray-Wendling, "Un soleil trop tard" )

 « Deux ans après, l’identité de Jacques fut révélée. Il était le guide de son père. Il avait été son ancêtre. Les parents croient souvent qu’ils ont adopté un enfant, mais en réalité c’est l’enfant qui les a adoptés !

 Même par l’adoption, un enfant vient là où il doit venir. »
[ Maguy Lebrun ]

 « Ton enfant fait son chemin avec beaucoup plus de difficultés que certains, mais dis-toi bien une chose : c’est lui qui l’a choisi. On choisit son chemin et sa famille avant de venir. Des groupes familiaux se réincarnent ensemble. L’âme remonte à sa source le long de ce chemin qu’elle a préparé avant de descendre. »
( A. Ray-Wendling, "Un soleil trop tard" )

  « (...) Je pris conscience que chacun de mes enfants avait son propre parcours à effectuer sur Terre. Je les avais toujours considérés comme "miens", mais je m'étais trompée. Ils étaient, à mon égal, des âmes indépendantes, seulement placées sous ma protection. »
[ B. Eadie, "Dans les bras de la lumière" ]





___l'éducation___

 Enfance gâtée.
 Jouets tout faits, savoir tout fait,
 Nourriture toute faite, expérience toute faite,
 C’est cela que l’enfant reçoit, et il en a la nausée.
 Sa soif de connaissance, son désir de créer,
 Tout ce qui le rend homme, dépérit.
 Son désir d’expérimenter, trop de conseils le tuent.
 Tout cela est lâcheté et manque de foi.
 Lorsque l’enfant devient adulte,
 Tout est mort en lui.

 Retient cela :
 Ne complète jamais, ne conseille jamais,
 Ne mâche pas à l’avance la nourriture !
[ "Dialogues avec l’Ange" ]

 « Je me soumets sans discuter à sa résolution. Je sais qu'elle [ son guide ] m'aime, mais qu'elle n'acceptera jamais de faire mes quatre volontés. Son amour n'est pas terrestre. Il est dénué de cette faiblesse émotionnelle qui entrave si souvent la sagesse des humains responsables des êtres qui leur sont confiés sur Terre. »
[ Sylvie Lorain-Berger, "Les messagers de l'au-delà" ]

 « Soyez fermes ; la faiblesse n'est pas bonté et ne peut qu'amener le désordre là où elle règne, mais soyez justes pour ceux qui vous sont confiés. »
[ Paqui, "Entretiens Célestes" ]

 « Les formes-pensées issues du rayonnement mental des parents se substituent aisément à celles du nourrisson dont l'aura (*) « Tout objet, toute chose à son halo, mais vos yeux trop frustes ne le voient pas. Ce halo, vous le possédez tous ; de là le symbole de l’auréole. Ces disques sont lumineux et irisés chez les esprits de grande noblesse. »

( Messages célestes de Roland de Jouvenel )

 « L’aura d’une personne vivante révèle une quantité de choses sur elle : état d’esprit, vitalité, santé morale et physique – les deux sont liés. D’ailleurs les bons guérisseurs sont capables d’effectuer des diagnostics d’un seul coup d’œil.

 Les sentiments qui nous affectent modifient spectaculairement notre aura. À qui sait la percevoir, apparaitront aussitôt nos pensées car il est vrai que nous les « projetons » - le mot ne saurait être mieux approprié. Nous ressemblons parfois à ces éruptions de la couronne solaire telles que nous les montre la télévision. Quand un individu « rayonne de bonté », son aura ressemble à un soleil. Mais l'angoisse aussi rayonne. Les mauvaises pensées prennent la forme d'ombres maléfiques.

 Les animaux perçoivent probablement notre aura. »

( Michèle Decker, "La vie de l’autre côté" )
présente peu de défenses. Dès lors, elles agissent comme un ferment, un pacificateur ou comme un couvercle de plomb et un agent de déstructuration. Il arrive hélas très souvent que des parents étouffent le rayonnement mental de leur enfant dès les premiers temps car ils ne voient pas en celui-ci une individualité à canaliser et à respecter mais une matière à modeler qui leur appartient intégralement. »
( D. Meurois et A. Givaudan, 'Les neuf marches' )

 « Si un enfant grandissait seul, deviendrait-il gentil et doté d’un grand cœur, ou assoiffé de sang, ne se préoccupant que de sa seule survie ? Le judaïsme fait référence aux inclinaisons qui déchirent un homme comme deux esprits en conflit. L’esprit mauvais peut, au départ, être aussi léger qu’une toile d’araignée, mais si on l’autorise à grandir, il atteint alors l’épaisseur d’un bras. »
 ( Mitch Albom, "Le vieil homme qui m’a appris la vie" )

 « Dès le jeune âge il faut faire comprendre à l'enfant qu'il ne doit pas affirmer telle ou telle chose lorsque cette affirmation veut porter un jugement sur les personnes qui l'entourent ou l'instruisent. Trop de parents écoutent complaisamment l'enfant lorsqu'il critique à tort et à travers.
 Ne brimez pas ce petit orateur, mais expliquez-lui qu'il ne doit pas juger, qu'il ne sait pas, que les apparences sont souvent fausses, exagérées, enfin, ouvrez son cœur à l'indulgence ; il faut ouvrir ce petit cœur prêt à blâmer, à griffer, à critiquer. La tâche est souvent difficile mais le résultat rarement négatif ; le petit cerveau enregistre, le cœur s'ouvre et donne naissance à cette jolie fleur odorante, à cette qualité qui fait tant défaut chez les hommes, la générosité, et qu'on doit semer dans le cœur de l'enfant. »
[ Paqui, "Entretiens Célestes" ]

 « L’Esprit des parents a pour mission de développer celui de leurs enfants. S’il y faillit, il est coupable. »
[ Message recueilli par Allan Kardec ]

 « Pythagore disait qu’exercer la jeunesse à la dialectique et au raisonnement, avant de lui avoir donné le sens de la vérité, faisait des têtes creuses et des sophistes prétentieux. Il songeait à développer avant tout l’intuition. »
( Édouard Schuré, 'Les Grands Initiés' )

 « La véritable éducation aide l’homme à développer ses qualités intérieures, à épanouir sa nature fondamentale. »
( Dalaï-Lama )

 « En réalité, il ne s'agit pas de recevoir de l'école une formation achevée, mais de s'y préparer à la recevoir de la vie. »
[ Rudolf Steiner ]

 « Ne m’intéresse point celui qui aura connu, porté en litière, mille sommets de montagnes et ainsi observé mille paysages, car d'abord il n’en connaîtra pas un seul véritablement, et ensuite parce que mille paysages ne constituent qu’un grain de poussière dans l’immensité du monde. M’intéressera celui-là seul qui aura exercé ses muscles dans l’ascension d’une montagne, car il sera disponible pour comprendre tous les paysages à venir. »
[ Saint-Exupéry ]

 « La société ne voit dans l’éducation qu’un moyen d’être plus compétitif, une voie qui débouche sur le pouvoir, l’aisance et le plaisir. La véritable éducation aide l’homme à développer ses qualités intérieures, à épanouir sa nature fondamentale. »
( Dalaï-Lama )

 « Une éducation juste amène l’enfant à tenir compte des autres, et à trouver naturel que ceux-ci n’existent pas seulement en fonction de lui. »
[ Arnaud Desjardins, 'Les chemins de la sagesse' ]

 « Nous avons besoin de changer nos objectifs de vie. Les "experiencers" nous disent que quand ils étaient dans la lumière d'amour, on ne leur a pas demandé quelle était la superficie de leur maison ni combien de personnes ils dirigeaient dans leur vie, mais plutôt comment ils avaient aimé et aidé les autres. On n'enseigne pas cela à nos enfants, hélas.
 (...) Nos sociétés dites "modernes" fabriquent des générations de frustrés, gesticulants en grimaçant sous les coups répétés des rises économiques  »
[ Dr J.J. Charbonier, "Cette chose..." ]





___le besoin de repères___

  « La jeunesse est droguée, moins par les dealers que par votre permissivité, votre abandon lâche de toute responsabilité morale à son égard.
 Les jeunes attendent de vous un héritage spirituel. Ils ont besoin de pères, de mères et de maîtres, pas de faux copains ! »
[ Arnaud Gourvennec ]

 « Qu'on le veuille ou non, un esprit est comme un terrain : si on le laisse sans soins, les mauvaises herbes poussent très vite.
 [...] Les sectes constituent un danger terrible pour des jeunes élevés sans foi ni loi. Si au moment où ils ressentent un appel spirituel, leur chemin croise celui d'une secte, ils sont mûrs pour tomber ; [et] les parents qui n'ont proposé aucun exemple ne peuvent rien pour eux.
 Le deuxième piège est la drogue. J'ai parlé longuement avec des adolescents drogués : ils n'avaient, à leur première expérience, d'autre désir qu'une expérience spirituelle (!)  »
[ Maguy Lebrun ]







___Les difficultés___

Tant que nos enfants sont petits, ils restent proches de nous. Ils nous écoutent, nous imitent. Mais à l’adolescence ils s'éloignent. Nous ne les comprenons plus, c'est comme si un étranger avait pris la place de notre enfant chéri.
 Cependant, en supportant qu'ils nous rejettent, en faisant l'effort de les comprendre, en leur conservant notre amour, nous faisons un pas important vers la compréhension des autres, ces vrais étrangers qui nous entourent, et que nous ne cherchons jamais à comprendre.

 « Le prochain, c’est d'abord bien sûr les plus proches. »
[ Maguy Lebrun ]

  Image flottante   les Relations humaines
__________

 « Les nouvelles générations doivent faire face constamment aux mauvaises nouvelles, affronter en permanence la violence. Elles sont immergées de manière intensive et continue dans la peur, les tensions. C’est la première fois qu’au cours de l’humanité un phénomène d’une telle ampleur se produit.

 Le temps passé devant la télévision ne cesse de croître, son pouvoir est réel, son impact important.

 Le pouvoir des médias est d’autant plus important qu’il s’adresse également à l’inconscient. »
( Dalaï-Lama )

 - D’où vient le changement qui s’opère dans le caractère au sortir de l’adolescence ?

 « C’est l’Esprit qui reprend sa nature et se montre ce qu’il était. »
[ Message recueilli par Allan Kardec ]

* *

Il m'est arrivé de solliciter l'aide divine lorsque malgré tous mes efforts je ne parvenais pas à résoudre un problème avec un ado :

 « Mon Dieu, nous sommes les parents à qui Tu as confié cet enfant. Nous l'élevons de notre mieux, mais aujourd'hui nous sommes confrontés à un problème que nous ne savons résoudre. Je t'en prie, aide-nous, inspire-nous la bonne attitude, et inspire-le lui aussi. »

* *

 « (...) Bien sûr, les parents ont également la possibilité de choisir leurs enfants, cependant, en cas de famille nombreuse ou pour infliger une épreuve, le Ciel peut imposer certaines âmes en voie d'évolution. Les parents acceptent courageusement ces âmes qui vont obligatoirement les faire souffrir, sachant que la douleur et l'abnégation de soi procurent une avancée spirituelle rapide. C'est le fameux "petit canard noir" qui s'est faufilé parmi les autres. Les parents s'interrogent, se demandent d'où peut venir cet enfant qui ne ressemble à personne. Bien qu'élevé comme les autres, il est différent ! C'est vrai. La plupart du temps, il vient d'un autre plan que le leur. »
[ Sylvie Lorain-Berger, "Les messagers de l'au-delà" ]

 « Dans vos "sociétés non barbares", les enfants (de même que les conjoints d’ailleurs) sont considérés comme une propriété, comme des biens personnels.
 La plupart des humains, même à 30 ou 40 ans, ne sont pas armés pour élever des enfants. Ils n’ont pas assez vécu en tant qu’adulte pour leur transmettre une sagesse profonde.

Comment pouvez-vous enseigner aux enfants une vérité que vous n’avez pas encore trouvée ?
 Bien sûr, vous ne le pouvez pas. Alors, vous leur dites la seule vérité que vous connaissez : celle des autres. De votre père, de votre mère, de votre culture, de votre religion. Tout sauf la vôtre, vous êtes encore en train de la chercher. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Il n'existe pas de mère parfaite. Beaucoup de parents grandissent en même temps que leurs enfants. C'est difficile d'élever des enfants. Il faut être un exemple, alors que les adultes sont, pour la plupart, en cours d'évolution. L'amour sans sagesse n'apporte rien de bon.
 Accéder aux désirs d'un enfant le rendra capricieux et faible dans un monde où il est appelé à se battre. »
[ Sylvie Lorain-Berger, "Les messagers de l'au-delà" ]

  Les coups corrompent l'enfant.
  L'amélioration ne peut être qu'apparente.
  C'est la forme et non l'essentiel qui change.
  Enfant dressé - enfant mutilé.
[ "Dialogues avec l’Ange" ]

 « Il faut veiller à l’accomplissement du destin, tout en laissant à l’enfant une large autonomie. Il importe de leur laisser commettre des erreurs. »
( Jean Prieur, "Le pays d'après" )





 « Les jeunes d’aujourd’hui aiment le luxe; ils sont mal élevés, méprisent l’autorité, n’ont aucun respect pour leurs aînés, et bavardent au lieu de travailler. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société et tyrannisent leurs maîtres. »
 ( Socrate (470-399 av. JC) )

**

 « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »
 ( Inscription découverte sur une poterie d’argile dans les ruines de Babylone (3000 av.J-C) )

Pas de quoi donc désespérer de la génération actuelle... Image flottante






___l'amour___

  « Quand l’amour des parents dépasse leur propre personne, avec l’intuition que la vie spirituelle de l’enfant est plus importante que sa vie matérielle, là nous débouchons sur l’Amour hors du champ terrestre. »
[ Arnaud Gourvennec ]

 « Un enfant qui sent que sa mère s’est tournée contre lui, vit la situation d’un homme contre qui, au même moment, le ciel, le soleil, la terre, les arbres, les animaux, tous les hommes, tout ce qui existe s’unirait brusquement pour le détruire.

 Donner à l’enfant son plein d’amour est un des fondements des anciennes sociétés. Cela n’exclut nullement une sévérité également nécessaire pour préparer de véritables adultes.

 La société hindoue produit des adultes heureux parce qu’elle produit des mères. Dès que des époux ont un enfant, ils ne sont plus d’abord mari et femme, mais père et mère. »
[ Arnaud Desjardins, 'Les chemins de la sagesse' ]

 « Pour l'homme et la femme vraiment initiés, la création de l’enfant a un sens infiniment plus beau, une portée plus grande que pour nous. Le père et la mère sachant que l’âme de l’enfant préexiste à sa naissance terrestre, la conception devient un acte sacré, l’appel d’une âme à l’incarnation. Entre l’âme incarnée et la mère, il y a presque toujours un profond degré de similitude. Comme les femmes mauvaises et perverses attirent les esprits démoniaques, les mères tendres attirent les divins esprits.

 Pour cette âme invisible qu’on attend, la naissance, l’emprisonnement dans la chair sera chose douloureuse. Sainte et divine est la tâche de la mère qui doit lui créer une demeure nouvelle, lui adoucir sa prison et lui faciliter l’épreuve. »
( Édouard Schuré, 'Les Grands Initiés' )





___l'exemple___

  « Chaque parent doit éduquer son enfant, lui parler de la sensibilité, de la tolérance, de la communication... Mais l'enfant va naturellement observer ses parents, ses maîtres. Et c'est leur exemple qu'il retiendra. »
[ R. Altea, "Une longue échelle vers le ciel" ]

 « Toutes les tendances que l’on voit chez l’homme, jeune ou vieux, existaient déjà dans l’enfance, mais n’avaient pas eu alors la force ou l’occasion de se manifester. Si les mauvaises tendances s’aggravent souvent avec l’âge, les justes réprimandes et l'exemple peuvent encore influer sur le jeune enfant. »
 ( Orehot Tsadikim, "Le chemin des Justes" )

 « Les adolescents ont souvent besoin de servir. Ils cherchent un idéal, qu’il soit religieux, politique ou autre. Quelle tristesse qu’ils soient si souvent déçus, souvent par manque de tolérance de la part de ceux qui les entourent.

 Les parents qui n’ont proposé aucun exemple ne peuvent rien pour ces enfants qui deviennent délinquants ou drogués ou s’immergent dans une secte. Qu’on le veuille ou non, un esprit est comme un terrain ; si on le laisse sans soin, les mauvaises herbes poussent très vite. »
[ Maguy Lebrun ]





___la vision de l'ado___

 « (...) Un instant, il pense à ses parents à qui il ne veut absolument pas ressembler : une mère idéaliste qui n’agit pas et un père qui travaille trop et ne pense pas… sans s’apercevoir qu’il a pris chez l’une, l’idéalisme et chez l’autre la capacité d’agir. »
( Anne Givaudan, 'La rupture de contrat' )





___le drame de cette génération___

« Votre plus grand danger : l'abrutissement de votre cerveau. Télévision, radios, magnétophones le martèlent durant les quelques heures de lucidité dont vous disposez !

 À la fin de ces dernières décennies, vos facultés de réflexion ont fondu. Cela va s'accentuer ! Les plus perspicaces d'entre nous brossent un tableau effrayant de l'humanité... »
[ Arnaud Gourvennec ]





Contact médiumnique avec Edgar Cayce, 50 ans après sa mort.

( "À la lumière de la lumière" - CHANNELING - 1994)

**

  « J'ai une chose à vous révéler, dont le cycle est déjà en marche : beaucoup, beaucoup de jeunes seront malades ; maladies anciennes et nouvelles. Ces maladies seront provoquées par la peur de vivre. Cet étrange phénomène comptera ses victimes parmi les jeunes âgés de 0 à 20 ans.

 Les âmes jeunes débordent d’énergie et en même temps, elles sont si fragiles, étant ouvertes à tout vent. Leurs chacras sont terriblement ouverts, ouverts par la musique dure (heavy métal). Tous ces jeunes ne connaissent pas les méthodes de protection. Des vents de négativisme entrent à pleine porte, jusque dans la racine de leur être.
 Tout devient décentré car il y a trop de sollicitation. Tous les sens sont durement sollicités par des désirs ou objets extérieurs. Ces jeunes en viennent à ne plus vivre dans leur peau. Et je dois vous répéter bien clairement que ne plus vivre dans sa peau amène la maladie, d’une nature ou l’autre. »

 - Qu'est-ce qu'une personne décentrée ?

 « Une personne décentrée n’est plus elle-même. Beaucoup d’objets extérieurs vous sollicitent continuellement, tant et tant que vous sortez de vous-même et devenez les objets convoités. Vous lisez les journaux et vous vivez dans la peau des personnages décrits dans les catastrophes. Vous vivez les malheurs de ces gens.
 Ce phénomène d’empathie s'intensifie encore plus lors de longues stations devant le téléviseur. L’image animée et le son accentuent son effet et vous arrachent littéralement de votre centre.
 Cette sollicitation est constante. Et la majorité des gens ont à vivre dans cet environnement sollicité à l’extrême.

 Comment faire comprendre qu’un décentrage prononcé et constant tue d’une certaine façon, puisqu’il conduit à la fatigue de vivre et au suicide ? »
[ Edgar Cayce ]




  « (...) Notre tristesse vient qu’on ne peut intervenir du monde de lumière sans qu’il y ait demande, car nous devons respecter le libre arbitre des humains. Malheureusement ces jeunes sont déjà si envoûtés qu’ils ne peuvent que difficilement penser par eux-mêmes à des mondes de lumière et invoquer leur aide. Le monde adulte devra donc demander de l’aide pour eux, et il y a urgence ; urgence à préparer une rafale d’énergie-lumière pour balayer ce vent de négativisme.

 Ne plus vivre dans sa peau, c’est avoir peur de vivre parce qu’on n’est plus dans son élément. Pour bien comprendre cela, créez-vous l’image du poisson qui se débat sur un rocher hors de l’eau. Vivre hors de sa peau est une souffrance réelle dans laquelle s’installe la peur de vivre.
 Il faut donc remplacer la peur de vivre par la joie de vivre. Pour vaincre la peur, il faut comprendre la peur. Les petits des humains ont besoin du nid familial beaucoup plus longtemps que les petits des animaux, car ils sont d’une fragilité sans comparaison dans la nature. Ils ont besoin du nid chaud et sécuritaire au moins jusqu’à l’âge de sept ans. Or beaucoup de ces petits, au moment où je vous parle, ont déjà peur de vivre.

 Je dois vous expliquer ce qui amène cette peur de vivre. Premièrement, l’âme des parents est elle-même affolée, décentrée et l’enfant ressent cette fébrilité malsaine et continue. L’âme des parents se nourrit entre autres d’un téléviseur constamment allumé qui charrie toute la violence de la planète en images choisies, accompagnées de musiques appropriées. Dans un tel environnement l’enfant développe la peur de vivre, d’où un stress inquiétant qui s’accumule déjà à cet âge.
 Vous vivez dans une ère où même le contexte du nid familial de l’enfant normal 
(*) [ qui ne connait pas les cataclysmes, ou la guerre, ou la torture ou le travail dans les mines comme en Amérique du Sud ] est stressant. »

 - Que pourrions-nous faire d’urgent pour corriger la situation ?

 « Il s’installe chez nous, dans ce monde de lumière, non pas la tristesse, car la tristesse est incompatible avec l’énergie-lumière, mais une compassion ; toutefois la manifestation de cette compassion exige des demandes.
 Ceux qui feront ces demandes ne recevront pas du haut des airs des liasses d’argent... Ils recevront d’abord de la lumière afin de les aider à faire des prises de conscience très profondes. Ces dernières montreront les moyens à prendre. »

 - Si nous demandons votre aide immédiatement pour cette question, quels moyens pratiques nous suggérez-vous ?

 « Il n’y a plus aucun silence dans les maisons. Ou la radio, ou la chaîne stéréo, ou le téléviseur fonctionne, et souvent les trois en même temps. Dans une seule journée, on aura transporté dans vos maisons toutes les horreurs commises dans le monde, avec grands cris et fracas.
 Je le répète, à la différence du monde animal, le petit des humains est fragile jusqu’à l’âge de sept ans. Aussi l’effet désastreux des longues expositions au vacarme et à l’abondance d’images de désordre n’est pas suffisamment compensé par la douceur des bras ou du sein maternels. L’enfant ainsi décentré ne peut se recentrer que par le toucher affectueux des parents.
 L’enfant placé dans ce contexte (son seul contact avec le monde) développe la peur de vivre, un stress exagéré et finalement à la maladie. Il n’est plus bien dans sa peau, alors il cherche à vivre hors de sa peau.

 Pour corriger la situation il faudra créer à l’intérieur des foyers des heures de silence profond à titre de compensation. Pendant ces moments de silence, les parents devront toucher, caresser l’enfant afin qu’il reprenne confiance dans la bonté de la vie. Pour les moins jeunes, il faut inventer des jeux qui les aident à se recentrer. »

 - Qu’arrive-t-il aux jeunes de 7 à 20 ans ?

 « Beaucoup, beaucoup de maladies sont à prévoir pour ces jeunes. Ils sont très, très sensibles, sollicités à l’extrême par les biens de consommation qu’ils utilisent également à l’extrême. Ils vivent complètement en dehors d’eux-mêmes et ils ont ainsi en même temps une grande peur de vivre. En plus du bruit, de la musique chaotique, des images à profusion, il faut y ajouter la fumée, la drogue et l’alcool. On ne pourra pas tout sauver malgré la meilleure volonté du monde. Tant de gadgets ont été mis à leur disposition pour les sortir d’eux-mêmes et les étourdir qu’on ne sait pas trop par où commencer pour les réveiller.
 Il existe sur votre planète une musique destructrice, qu’on pourrait même qualifié de hantée, mal habitée.

 Le premier obstacle qui se présente est la non-confiance des enfants envers les parents.

 Un autre obstacle est l’esprit de compétition qui accapare tout le temps disponible. On n’a plus le temps de vivre ; il faut gagner à tout prix, maintenant.

 Et l’informatique qui accapare le mental jusqu’à l’épuiser ! La formation scientifique exige de longues heures d’exercice du mental. Ainsi, si on ajoute les heures de sommeil strictement nécessaires et une heure ou deux d’étourdissement dans les loisirs, on atteint les 24 heures d’une journée, et il n’y a pas eu de place pour comprendre la vie et par conséquent l’aimer. Une sécheresse de cœur s’installe alors, toujours croissante. À étouffer ainsi l’amour de la vie, c’est la vie qui étouffe et le suicide est envisagé. »

 « (...) Votre société actuelle ne favorise pas le respect du parent, du professeur ou même du ministre religieux. Et pourtant il faudra que des adultes gagnent la confiance des jeunes afin de pouvoir établir un dialogue. La notion de compétition devra être remise en question, comprendre que le plus important n’est pas d’être le premier, mais simplement d’être là.

 Il faut apprivoiser le silence et l’aimer. Un silence aussi s’écoute. Au début, le contraste sera si grand que ces jeunes croiront que le silence est agressant en soi.

 Que les jeunes veulent tout chambarder, tout changer pour changer, cela exprime bien cette sensation qu’ils ont de ne pas vivre dans leur peau, qu'ils n'aiment pas la vie telle qu’elle se présente à chaque instant. »
[ Edgar Cayce ]





___message pour les jeunes___

(message médiumnique de la femme d'Edgar Cayce - 1994)

  « À tous ceux et celles sur cette planète, qui sont au début de la mission de leur incarnation, je leur dis bonjour, car ce sont également et en même temps mes frères et mes sœurs exilés pour quelque temps de mon monde de lumière. Bien que cet exil ait été accepté volontairement et dans tout l’éclat de l’énergie-lumière, nous sommes remplis de compassion pour vous parce que nous sommes extrêmement conscients des dangers et risques de l’exil. Vous savez combien sont tristes et démunis tous les réfugiés dans des camps spéciaux, en période de guerre et d’après- guerre sur votre planète. C’est ainsi qu’on vous ressent parfois et on craint toujours que vous oubliiez complètement de nous demander de l’aide au moment opportun. Pour nous, c’est la tragédie dont on a peur, c’est-à-dire la coupure finale et définitive de la communication ou la non-reconnaissance fatale et définitive de la mission.
 Âmes exilées, donnez-nous le signal s’il vous plaît, et nous ouvrirons des canaux spéciaux pleins de compassion, qui couleront à flots. »