Toc, toc...

 - Amélie, c'est moi ! dit le lutin qui s'annonce désormais en apparaissant dans l'appartement... mais en tapant à la porte.

 - Ah, lutin...

Image flottante

 - Tu es soucieuse. Ton notaire te fait des avances...

 - Comment le sais-tu ? réagit la jeune fille avant de baisser la tête, un peu honteuse.

 Perché sur la cheminée, le lutin, gêné lui aussi, balance ses jambes. Les bruits de la rue s'invitent dans la chambre ; une charrette passe, des gens s'interpellent.

 Sans chercher à contrôler son boitillement, Amélie parcourt son unique pièce de long en large.

 - Cesse de te tourmenter, lui dit gentiment le lutin.




  Au prix d'une grimace, la jeune fille parvient à se retenir de pleurer. Elle pose son sac de courses sur la petite table puis commence à éplucher ses légumes.

Le silence s'installe dans la pièce. Amélie étonnée que le lutin ne dise plus rien, se tourne vers la cheminée où il était assis. Il n'y est plus !

Image flottante

Dans la minuscule pièce, un simple coup d'œil suffit pour se rendre à l'évidence : il a disparu !




  Pour le lutin, c'est la pièce qui s'est éclipsée. L'Ange est devant lui.

 - Tu as souhaité me voir, fait la voix de cathédrale.

Sans s'étonner de le voir apparaitre alors qu'effectivement il appelait de l'aide en pensée, le lutin lui avoue son impuissance à soulager la jeune fille.

 - Je ne sais que faire. Elle n'écoute que sa souffrance.

 - Là est la réponse.

 - Ne pourrais-tu lui apparaitre ? Cela l'impressionnerait...

 - Assurément, mais à peine disparaîtrais-je qu'elle pensera avoir été victime d'une hallucination. C'est pourquoi, seul un humain peut soulager un humain.

 L'Ange élève sa vibration, et peu à peu la pièce réapparait. Amélie est penchée sous le lit.




 - Mais... tu es là ! demande-t-elle en se redressant. Je ne te voyais plus. Ce doit être la fatigue...

 « L'Ange a raison, songe le lutin. Les humains ont toujours une explication lorsqu'ils ne comprennent pas.

 - Je vais rentrer Amélie.
 - C'est vrai qu'il se fait tard. À bientôt lutin.




  Du fond de son bois, le lutin imagine la jeune fille allongée, seule et triste dans son petit logis.

 « Cette petite princesse attend tellement de la vie. Qui la comprendra ? demande-t-il à la lune. Quel homme saura combler ses attentes ?

 Le lutin soupire. La vie des hommes n'est pas si drôle finalement...



** page suivante **