Image flottante   Paqui  

__________

Entretiens Célestes

Aux éditions
Fernand LANORE (Paris)


__________

Préface de Jean Pieur :
  « Au cours de l’été 1926, M. et Mme Godefroy, parcourant le cimetière d’Arcachon, furent attirés par une chapelle toute neuve. Une profusion de fleurs blanches encadrait un portrait de jeune fille. Les murs portaient des inscriptions inhabituelles :

 Je suis la Résurrection et la Vie.
 Ne cherchez point parmi les morts celui qui est vivant !

 Je dis que le tombeau qui sur les morts se ferme
 Ouvre le firmament.
 Et que ce qu’ici-bas nous prenons pour le terme
 Est le commencement.

 Mourir, c’est quitter l’ombre pour entrer dans la lumière.
 Mourir, c’est naitre à la vie.

 Les morts ne sont pas les absents, mais les invisibles.

 Yvonne Godefroy éprouva une compassion infinie pour Mme Lamarque, la mère de cette jeune fille, et ne put s'empêcher d'aller à sa rencontre. Mais le désespoir de celle-ci avait fait place à l’apaisement depuis qu’un ami lui transmettait des messages de sa fille. Les premiers disaient ceci :

 « Si tu savais comme c’est merveilleux ici ! Non, non, il ne faut pas que tu pleures, maman chérie. Ah, si tu pouvais me voir ! Moi, je te vois, je te caresse, je suis toujours ta Paqui. Seulement tes sens humains ne te permettent pas de voir mon corps spirituel. »

 Le 1er janvier 1928 Yvonne Godefroy, qui ne s’était jamais préoccupée de spiritisme, ressentit l’urgence d’écrire ce que lui dictait une voix intérieure. Sans le vouloir, elle avait pris le relais du premier scripteur qui dès lors ne reçu plus rien. Ainsi donc, Mme Lamarque, est rester en communication avec sa fille jusqu’à sa mort

- Le bien que m’ont fait ces messages, déclara Mme Lamarque, le goût de vivre qu’ils m’ont rendu, l’absolue certitude d’une vie éternelle qu’ils m’ont donnée par la connaissance de la vérité, sont des trésors trop précieux pour que je me résigne à les conserver pour moi. ».

**

 De même que Gitta Mallasz en publiant ses "Dialogues avec l'ange", Mme Monnier pour les "Lettres de Pierre" et les parents d'Arnaud Gourvennec pour les 4 tomes de "Vers le soleil de Dieu", la mère de Paqui a souhaité que seul le nom de sa fille figure sur cet ouvrage car elle ne se considère pas comme l'auteure.