Image flottante

Roland de Jouvenel


__________


Au diapason du Ciel
[ Tome 1 ]
Quand les sources chantent
[ Tome 2 ]
Au seuil du Royaume
[ Tome 3 ]
En absolue fidélité
[ Tome 4 ]
Comme un secret, comme une flamme
[ Tome 5 ]
La seconde vie
[ Tome 6 ]


Aux éditions
Fernand LANORE (Paris) (*)

* *


Préface de Jean Pieur :

  « Au diapason du Ciel (le 1er des 6 volumes dictés par Roland) inaugure l'histoire des deux âmes : celle de Marcelle de Jouvenel et celle de son fils Roland, dans l'autre vie.

  En 1946, ce jeune garçon, qui allait avoir 15 ans, fut emporté par une maladie mystérieuse et implacable. Sa mère se trouva précipitée dans l'angoisse, la révolte, la désespérance, le désir du suicide. Ce désir, elle s'apprêtait à le mettre à exécution, elle avait décidé de se laisser tomber du haut de son balcon ; elle se penchait, décidée à basculer dans le vide, s’engloutir dans ce qu’elle croyait être le néant… lorsqu’une main énergique et invisible se posa sur son épaule et la retint. Très impressionnée, elle rentra dans son appartement et s’assit devant la photo de son fils. Dans les jours qui suivirent, d’autres manifestations vinrent la persuader que Roland ne gisait pas dans la nuit du cercueil mais bien présent auprès d’elle.

 Ce petit garçon était sensible, imaginatif, aimant tout ce qu’il y a de beau dans la création. Sa tendresse s’étendait aux animaux et aux plantes. Il avait pressenti sa mort bien avant les premiers symptômes de son étrange maladie. Sa mère va encore vivre 25 ans. Elle a une mission à mener ; il s’agit de mobiliser les bonnes volontés, organiser des conférences, lire les autres messagers et surtout, publier des livres.

 Plus le temps passe, plus les communications prennent de la profondeur et de l’altitude. Ce mouvement ascensionnel culmine dans Au seuil du royaume. »
__________

Sa mère vit un jour en rêve mystérieux envoyé qui lui dit :

 « Roland fut une étoile que Dieu fit tomber du ciel entre vos mains pour vous sauver et aussi sauver beaucoup d’âmes. Comment avez-vous traité ce jeune messager ? Sans aucun ménagement, votre seule préoccupation était de le niveler. Combien d’impatience avez-vous eu contre la grande bonté de cet esprit pur et si peu adapté qui voyait toujours plus haut ? Pas un instant vous n’avez compris ni reconnu en lui qu’il était un "prédestiné". »
__________

Du ciel il dit à sa mère :

  « Notre union céleste sera mille fois plus bénéfique au monde que ne pouvait l'être ce que toi et moi représentions parmi les hommes. »



__________
(*) http://www.fernand-lanore.com