loupeI
icone


Mot à rechercher

Les animaux 

chevron chevronB



L'esprit des animaux

Les animaux dans l'au-delà

Anecdotes

_ _

L'adoption

_ _

Questions/Réponses

_ _

La douleur de la séparation

_ _

Prendre soin de nos animaux

Leur nourriture

Les soins

Un chien, c'est amusant,
on le croit derrière,
et puis non, il est devant.

Quand on meurt, c'est pareil :
on croit l'avoir laissé derrière nous,
et voilà qu'il nous accueille joyeusement.

L'esprit des animaux


 « TOUTE CRÉATION SUR LA TERRE EST DE L’AMOUR MATÉRIALISÉ, l’expression de l’amour divin, lequel se manifeste dans tous les êtres ; ce même amour devra être manifesté par l’homme aux animaux. »
[ une lecture d’Edgar Cayce ]

« Les animaux ont comme les humains un destin à accomplir, bon ou mauvais, car pour eux également, la réincarnation existe. J'ai vu plusieurs fois des animaux qui étaient psychiquement très évolués et certains même à leur dernier stade animal.
 Il y a des animaux bons qui aident leurs congénères et même sauvent d'autres animaux, et d'autres qui sont, comme certains humains, hargneux, jaloux, bagarreurs, etc. »

( Hélène Bouvier, médium, "Mission des âmes dans l'au-delà" )

 « Le rôle que les humains devraient jouer auprès des animaux est un rôle d’Amour. Les Humains devraient apprendre aux animaux l’Amour, parce que, quand les animaux changeront de cycle, cela leur servira beaucoup.

 L’animal prendra incarnation humaine à la fin de son cycle animal ; et si cet animal a souffert par l’Homme, quand cet animal prendra incarnation humaine, il sera un être humain méchant et sauvage ; alors que si vous avez donné beaucoup d’Amour à un animal, quand cet animal prendra incarnation humaine, cet être humain saura ce que c’est que l’Amour. Bien sûr, il aura encore tout le chemin évolutif à faire, mais il le fera dans de meilleures conditions. »

[ Dorothée Koechlin, "L'univers d'Edgar Cayce" ]

 « Lorsque s’établissent des affinités entre vous et une plante ou un animal, il arrive que vous entriez en communication avec l’esprit de la plante ou celui de l’animal. »
[ "À l'adresse de ceux qui cherchent" ]

 « Nous donnons aux petits animaux une sépulture. Une âme est une âme. Qu’elle soit humaine ou animale. Et à toute âme il faut une pensée d’amour, pour l’aider à passer de l’autre côté. »
[ Michèle Decker, "La vie de l’autre côté" ]

 « Oui maman, j’ai vu dans ta pensée la mort de cette pauvre petite bête qui avait accompli inconsciemment le rôle de donneuse de joies modestes et qui elle aussi aimait… confusément mais positivement. Elle non plus n’est pas réellement morte, rien de ce qui est vivant ne meurt.
 Dégagés de la matière, ils peuvent s’entretenir avec nous, puisque les animaux pensent et que la pensée est le langage des esprits libérés. »
[ Messages célestes de Pierre Monnier ]

 Que deviennent-ils à leur mort ?

 « Les animaux continuent d'exister après leur mort.

 On m'a souvent posé la question : « Où ira mon fidèle compagnon après sa mort ? » Il existe aussi un paradis pour nos animaux de compagnie. Ils accèdent à un monde d'une grande beauté, de type matériel -le même que celui des humains.
 Lorsqu’un animal meurt, il est accueilli par l'être humain avec lequel il a été en rapport sur la Terre. Si personne n'est disponible, ce sont des esprits gardiens qui viennent à sa rencontre, des âmes généreuses et aimantes qui s'occupent de nos animaux préférés.

 Il arrive couramment que l'animal mort depuis peu revienne à son lieu de résidence terrestre. Il est probable qu'il s'assoira sur le même fauteuil, dormira au même endroit et vous observera de près. L'animal se souvient de l'amour que vous lui avez témoigné et il revient souvent veiller sur vous et vous protéger.

 Aussi, je vous en prie, ne traitez jamais un animal, ou toute autre forme de vie, avec indifférence. »
( J. Van Praagh, 'Dialogues avec l’au-delà' ) LoupeAuteurContributions de James Van Praagh sur le thème de:

La VOIE, L'AMOUR, La VIE ou La MORT


 « Ici nous avons toutes les sortes d’animaux, et tous vivent en harmonie.

 (...) Il y a une dimension vibratoire habitée par les animaux. »
[ "Karine après la vie" ]

 « On sait qu’il y a des zones où les animaux vont après la vie – c’est l’équivalent de notre au-delà -, et d’où ils peuvent continuer à nous envoyer des signes. Quand on s’est beaucoup aimé, il est possible de les revoir quand on meurt. »
[ Patricia Darré (médium) ]

« L'animal n'est pas sur le même plan que l'homme, pas à un niveau inférieur, un plan à eux. Mais on peut les rencontrer (rappelons qu'un plan est un état d'esprit, non un lieu).
 Les animaux aussi évoluent, sur terre, suivant leurs maîtres, et aussi dans l'Au-delà. »
( Messages d'Isabelle - Lumières de l'Au-Delà )

 Et les insectes...?

 - Que devient cette fourmi sur laquelle je viens de marcher ? Ai-je demandé un peu penaude. Est-ce qu'elle va dans le monde des esprits ?

 Elle devient lumière.
[ Rosemary Altea, "Libre comme l'esprit" ]

Je pense qu'il faut comprendre de cette réponse que sa parcelle d'âme va se fondre dans le creuset de l' Âme universelle.


Anecdotes

 Un chat...

Un jour, en me promenant j'ai vu un chat littéralement enroulé entre deux lignes de barbelés. Il ne bougeait pas mais quand je me suis approché il encore fait quelques soubresauts pour tenter de se dégager.
Bien que n'aimant pas spécialement les félidés, je n'ai pas hésité. J'ai commencé à tirer un peu ici et là, doucement, mais il avait dû si bien se débattre que les pointes étaient entrées profondément dans sa peau, sur toute la longueur de son corps.
Pendant de très longues minutes j'ai bataillé pour le sésincruster. Enfin le chat s'est dégagé et a filé sans se retourner. J'ai appris que sa propriétaire avait dû le faire recoudre.
Quand je repense à cette scène, je suis heureux d'avoir sauver ce petit animal, mais surtout je n'en reviens pas qu'il n'ait, à aucun moment, tenté de me griffer ou me mordre, alors que j'avais les mains nues, qu'il ne me connaissait pas et que je lui faisais très mal.

 Patty

Le médium James Van Praagh, nous rapporte cette belle histoire qui lui a été inspirée par un brave homme depuis l'au-delà.

 « La vie en a fait voir de dures à un fermier anglais. Il perdit sa ferme, puis tous les membres de sa famille. Elle ne lui laissa qu'une chose : une jument blanche usée, du nom de Patty, qu'il avait aidée à venir au monde. Patty et le fermier demeurèrent ensemble de très nombreuses années, jusqu'à ce que Patty dût partir à son tour.
 « Le fermier, qui n'avait plus personne, se sentait complètement perdu.
 « Quelques années plus tard, lorsque ce fut au tour du fermier de mourir, celui-ci s'éveilla au milieu d'une magnifique prairie. Il pensa qu'il était peut-être en train de rêver. Fixant une colline un peu plus loin, il aperçut tout à coup un cheval qui la descendait au galop, et venait dans sa direction. C'était sa vieille Patty. Non plus la jument au dos creux, âgée, arthritique, mais une jeune bête superbe et vigoureuse. Tandis qu'elle s'approchait, le fermier ressentait l'amour qu'elle lui portait, un amour qui l'avait guidé vers le monde spirituel. »

Et James Van Praagh conclut :

 « Les liens d'amour qui nous unissent à nos animaux de compagnie survivent quand nous passons dans l'autre monde. »
( J. Van Praagh, 'Dialogues avec l’au-delà' )


 Poussy

 « Le 29 mars 2006 mon chat Poussy s'en est allé ; il avait seize ans, souffrait de graves problèmes rénaux. Nous ne nous étions jamais séparés, partout où j'allais il venait aussi ; imaginez ma douleur lorsqu'il ne fut plus là ! Deux mois après son départ je venais de me réveiller et m'apprêtais à me lever quand brusquement je me rendormis et fis ce rêve étrange :

J'entrais dans mon appartement et toute étonnée j'aperçus Poussy dans le jardin, courant et s'amusant comme autrefois quand il était jeune et en pleine forme. Il y avait une luminosité et une douceur incomparable dans l'air et j'avais la perception d'une présence près de moi. Je m'approchais de lui et me penchais pour le caresser quand soudain il y eut une vitre entre lui et moi, et à cet instant j'entendis très distinctement ces mots :
« Ce n'est pas encore le moment. »

 Je me réveillais et me suis précipité dans le jardin ; mais bien sûr tout était différent... »
( Témoignage de madame Di Vito, d'Italie )


 Charlie

Susan, une femme atteinte de surdité souhaita rencontrer James Van Praagh. Son amie Kathy, par signes, servait d'interprète. Voici des extraits de l'entretien rapportés par le médium :

 « Je lui ai dévoilé que sa surdité était causée par deux petits os, à l'intérieur de ses oreilles, insuffisamment développés lors de sa naissance.

 On me montre une petite couverture orange. Elle est un peu usée par endroits.

 Je demandais mentalement à l'esprit de me révéler son identité. Ne recevant aucune réponse, j'allais continuer lorsque j'ai senti l'amour affluer dans la pièce, un amour qui paraissait si noble, si inconditionnel. « Charlie ! », laissai-je échapper.

 Ces mots déclanchèrent une crise de larmes chez Susan.

 Kathy parla pour Susan qui s'agitait.

 - Oui ! Charlie était mon chien. C'est pour entrer en contact avec lui que je suis venue ici. Il est mort il y a deux mois, et il me manque énormément.

 Je comprenais pourquoi je ne pouvais identifié la personne ! Les renseignements étaient fournis par le chien !

 « Charlie,
reprit Susan, passait son temps sur le divan mais il avait un faible pour la couverture.

 Voilà donc pourquoi je voyais les images sous un angle différent ! Je les voyais avec les yeux de Charlie...

 - Charlie vous envoie beaucoup d'amour. Il me montre une lumière rouge en disant qu'il fait quelque chose avec cette lumière.

 Bouleversée, Susan fit répondre à Kathy : « Oui, cette lumière m'indiquait que le téléphone sonnait. Lorsqu'il la voyait, Charlie venait me pousser légèrement. Il était génial ! »

 J'eus soudain un petit rire.

 - Charlie me raconte que vous le promeniez jusqu'à l'épicerie du coin pour acheter du lait et du pain.

 - Oui, c'est vrai.

 Je me me ensuite à rire car Charlie m'envoyait une pensée très comique.

 - Charlie me dit qu'il n'aimait pas les bains dans l'évier.

 - En effet, il n'appréciait pas du tout... Je voudrais vous demander... A-t-il beaucoup souffert quand il est mort ? Je vous en prie, dites-lui que je regrette.

 - Charlie a-t-il eu des problèmes avec ses pattes ? A-t-il été, à un moment, incapable de marcher ? Parce que je ressens une douleur du côté droit.

 - Seulement à la fin. Il était sous médication.

 - Charlie me révèle mentalement ce qui n'allait pas avant sa mort : son diabète, ses problèmes rénaux... Il me dit aussi qu'il vous aime beaucoup et que vous l'avez aidé. L'avez-vous fait euthanasier ?

 - Oui, mais ce n'est pas ce que je voulais.

 - Votre chien souffrait beaucoup à la fin. Vous l'avez vraiment aidé.

 » Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui s'appellerait Ivy ou quelque chose comme cela ?

 Susan réfléchit mais n'arrivait pas à se rappeler. Puis quelques minutes plus tard, cela lui revint : « Oui ! J'ai l'ai vue la semaine dernière. Elle m'aide à trouver un chien pour malentendant. »

 - Ne vous en faites pas, vous l'aurez. Charlie dit qu'il apportera son aide et qu'il s'assurera que l'autre sache quoi faire.
( J. Van Praagh, 'Dialogues avec l’au-delà' ) LoupeAuteurContributions de James Van Praagh sur le thème de:

La VOIE, L'AMOUR, La VIE ou La MORT


 Founette

 « Ma pauvre maman toute triste ! Le départ de Founette (une chienne de 13 ans) va vous créer un grand vide, mais tu sais qu'elle est près de moi. Nos retrouvailles d'âme à âme sont fabuleuses, même si nous ne nous étions jamais quittés. Elle me voyait, elle me sentait, elle m'entendait. Mais maintenant, nous nous sommes totalement retrouvées. »
( Messages d'Isabelle - Lumières de l'Au-Delà )


 L'adoption 

Quand je conseille aux personnes seules de prendre un compagnon, souvent elles s'exclament :
 - Oh non, je ne veux plus reprendre d'animaux. Ça fait trop mal quand ils partent...

Je comprends très bien cette crainte, cela fait effectivement très mal, longtemps. Cependant si on les aime, quand on peut leur donner une vraie chance d'être heureux ou de finir leurs jours en paix, on doit accepter la souffrance de les perdre.
Et puis, reprendre un animal, certes ne fait pas oublier celui qui nous a quitté, mais cela apaise. Le bien qu'on leur fait, il nous revient.

 Questions/Réponses

 Les animaux ont-ils aussi un ange-gardien ?

 « Les animaux sont gardés, comme les gens, par des êtres invisibles qui président à leur formation, à leur naissance, qui sont leurs défenseurs, et que nous offensons si nous les maltraitons. »

( Maître Philippe de Lyon )


 Sentent-ils leur départ ?

 « Le hasard n'existe pas, mort violente ou pas, l'animal le sait, s'y attend. Alors, s'il le peut il s'isole. Si un animal meurt par accident, c'est que son âme a décidé de sortir du corps très rapidement.
 Par contre, attention dans le cas de l'euthanasie, veillez à ce que le vétérinaire fasse d'abord une piqure pour endormir l'animal et attendre un moment. Sinon, il ne s'y attend pas et n'est donc pas préparé à partir. Pour aider un départ paisible, si possible, faites-le à la maison. »
[ Laila del Monte ]

 « Au moment d'entrer dans la dimension de l'esprit, les animaux acceptent leur transition presque comme s'il s'agissait d'un fait journalier. Ils ont certainement beaucoup à nous apprendre. »
( J. Van Praagh, 'Dialogues avec l’au-delà' )

 Ressentent-ils notre chagrin ?

 « Oui, mais l'animal est désormais dans une autre réalité, entouré d'amour et de lumière. C'est différent que d'être près de nous, interconnecté de façon physique à notre vie. Par contre, pour nous c'est très difficile. »
[ Laila del Monte ]

 Où vont-ils ?

 « Quand l'animal meurt son guide vient le chercher. Il ne flotte pas entre deux eaux comme cela peut se produire chez les humains.
 Je n'ai pas accès à tout mais je peux voir le premier lieu où vont les animaux tout de suite après le départ. Cela ressemble beaucoup à la terre mais multiplié par mille en beauté, en vibration, en lumière. Ensuite ils intègrent la fréquence qui leur correspond -comme pour les humains. »
[ Laila del Monte ]

 Se retrouvent-ils entre eux ?

 « Nous, nous retrouvons les animaux, et ceux qui s'aiment se retrouvent entre eux. »
[ Laila del Monte ]

 Nous attendent-ils ?

 « Oui, quand il y a un lien d'amour avec eux.

 Ils viennent souvent dans notre plan mais leur image est éthérée, seul un médium peut les voir. »
[ Laila del Monte ]

 Pourquoi je ne rêve pas de lui ?

 « On peut ne revoir son animal en rêve que des années après, lorsque le mental est un peu apaisé. Mais il faut savoir que des messages sont surtout délivrés quand quelque chose n'est pas fini ; quand l'animal est décédé de façon tragique ou que l'on n'a pas pu lui dire au revoir.
 Quand cela se termine en harmonie, qu'on a accompagné l'animal, etc. il se laisse porter vers d'autres dimensions. »
[ Laila del Monte ]

La douleur de la séparation


Marcel Belline, qui est médium, supplie son fils décédé :

 - Michel, peux-tu nous aider à vivre ?

 « Non, mais vous devez vivre. Ma mort n'a de sens que par votre souffrance et votre survie.

 - Notre souffrance a donc une valeur, une utilité ?

 « Oui, toute souffrance porte en elle des germes de vie. »
( Belline, "La troisième oreille" )

 « Quand ceux qui restent acceptent que la mort ne soit qu’une étape au développement personnel, ils peuvent envoyer tout leur amour et leurs bons vœux à la personne ou l’animal qui est mort. »
[ Ellen Tadd (médium) ]

✩ ✩

Ne nous désespérons pas. Dans leur amour pour nous, nos animaux souhaitent que nous nous imprégnions de ceci :

 « La mort n'est pas une fin pour celui qui part, ni une punition pour celui qui reste. Elle est une opportunité pour les deux de vivre des expériences nouvelles et nécessaires à l'évolution de chacun.

 Il nous faut accepter la mort de nos proches et la transformation personnelle qu'elle implique.

 Le message de ceux qui nous quittent est le suivant :

 « Il faut que tu fasses sans moi. Ce ne sera plus comme avant, mais c'est un nouveau chemin. Tu vas découvrir des choses que tu n'aurais pas pu vivre sans cela. »

[ Patricia Darré (médium) ]

Prendre soin
de nos animaux


 L'alimentation


« Des millions de chiens et de chats sont nourris aux croquettes et aux pâtés industriels. Une aubaine pour les fabricants, une catastrophe pour la santé des animaux. »
[ Dr Jutta Ziegler ]

✩ ✩

Violaine Feuillet s'exprime sur leslignesbougent.org :

« En Europe 13 millions de chats et 7 millions de chiens égaient nos vies. Ce sont nos compagnons de tous les jours. Nous les aimons, ils nous font confiance et pourtant nous les tuons à petit feu sans le savoir !

 La mort de mon chat, d’insuffisance rénale aiguë, m’a poussée à enquêter sur les causes de sa maladie. Et ce que j’ai découvert m’a fait froid dans le dos.

 Et j’ai vite compris que son cas n’était pas isolé, loin s’en faut ! De plus en plus de chats et chiens souffrent de nos jours de maladies rénales, maladies cardiovasculaires, surpoids, pancréatites, dermatites, gingivites, diabète et cancers ! 27% des chats et 40% des chiens en France sont obèses.

 Trop gras, trop gros, nos compagnons à quatre pattes sont frappés par les mêmes maladies que nous. Et la grande fautive s’appelle la MALBOUFFE !

 En effet, 80% de nos animaux domestiques sont nourris avec des aliments industriels qui les empoisonnent petit à petit (Cf. Un exemple cité par le Dr Jutta Ziegler).

Mais que contiennent donc ces aliments ?

Vous êtes-vous interrogé sur leur composition réelle ?

Savez-vous ce que vous donnez à manger à votre chien ou à votre chat ?

Mangeriez-vous des déchets en décomposition ?

 Non, et pourtant c’est sans doute ce que votre animal de compagnie mange tous les jours.

 Certaines croquettes contiennent de la viande avariée ou bourrée d’antibiotiques : la farine de viande composant les croquettes est achetée auprès de sociétés d’équarrissage qui se fournissent en animaux de ferme malades traités aux antibiotiques, euthanasiés pour des raisons diverses ou même parfois en putréfaction. Les carcasses sont broyées, cuites à très hautes températures, séchées puis réduites en poudre pour obtenir des farines animales sans saveur et sans vitamines. On repassera pour la bonne viande fraiche que l’on voit dans les publicités…☆Jérémy Anso a écrit un livre de plus de 120 pages sur l’alimentation industrielle des animaux de compagnie. Son étude auprès de la Chambre Syndicale des Fabricants d’Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres animaux familiers (FACCO) conclut : « C'est un scandale alimentaire international. »

 Les croquettes sont aussi principalement composées de céréales, une matière première qui fournit des protéines à coûts bas. Elles contiennent énormément d’amidon, donc de sucre : de véritables bombes à retardement car les carnivores n’ont absolument pas besoin de glucides dans leur alimentation. Glucides = poison pour un carnivore. En effet, plus ils en consomment et plus leur pancréas est mis à l’épreuve, provoquant diabète, pancréatites, etc.

 Les céréales sont aussi souvent impropres à la consommation humaine en raison de mauvaises conditions de stockage. Des moisissures appelées mycotoxines se forment sur les céréales et provoquent des maladies : démangeaisons, insuffisance rénale, stérilité, fausses couches, malformations. Si des normes strictes existent pour les aliments destinés aux humains, il n’en existe aucune pour les aliments destinés aux animaux de compagnie. Même à faible dose, les mycotoxines sont nocives quand elles sont ingérées tous les jours.

 N’oublions pas les colorants, arômes et agents de conservation artificiels. Ils n’ont aucune valeur nutritive, et sont susceptibles d’effets secondaires toxiques (cancer et pathologies de certains organes). »
[ Violaine Feuillet, leslignesbougent.org ]

Introduction du best-seller "Toxic-croquettes" du Dr Jutta Ziegler, vétérinaire spécialisée en homéopathie et en nutrition animale :

« Voilà plus de trente ans que j’exerce en libéral au sein d’un cabinet dédié aux animaux domestiques. Ces dernières années ont été pour moi le cadre d’une prise de conscience grandissante :

 nous, vétérinaires, entraînons les animaux qui nous sont confiés vers une chronicisation de leurs affections, influencés que nous sommes par de fausses informations. Celles-ci concernent notamment la manière dont sont nourris nos chiens et nos chats, la vaccination bien trop fréquente et l’utilisation outrancière d’antibiotiques et de médicaments chimiques de manière générale.

 Nous, vétérinaires, sommes en grande partie à l’origine de l’augmentation des cas de diabète, d’épilepsie, de maladies du pancréas, du foie et des reins, d’allergies et j’en passe. Bien sûr, la sélection excessive dont sont l’objet de nombreux chiens et chats joue aussi un rôle non négligeable. Elle provoque des infirmités chroniques et l’apparition de maladies que l’on ne rencontrait jamais il y a trente ans, ou seulement de manière exceptionnelle. »
[ Cf. le livre du Dr Jutta Ziegler ]

 Qu'y a-t-il dans les croquettes ?

« La règlementation européenne repose en grande partie sur le "Code of good labelling practice for pet food" (Code de bonnes pratiques d'étiquetage des aliments pour animaux de compagnie) dont l’auteur est... la FEDIAF (The European Pet Food Industry Federation). C’est comme si on demandait à Coca Cola de rédiger un guide de bonnes pratiques sur la consommation de sucre dans les boissons gazeuses… Madame Rivasi, députée Europe dit à ce sujet : « ... que ce guide de bonnes pratiques écrit par le lobby industriel soit adjoint à la règlementation européenne est scandaleux. »
[ Violaine Feuillet, leslignesbougent.org ]

Extraits du livre de Swanie Simon, "Je nourris mon chien naturellement" :

L'alimentation du chien:

 « L'alimentation est probablement le pilier central de la santé. Malheureusement il est plus simple d’acheter un sac de croquettes. Pourtant, cette nourriture à base de céréales a des conséquences de plus en plus évidentes au sein de la population canine. Cancer, allergies, pancréatite, insuffisance pancréatique, problèmes cutanés, maladies des reins et du foie, déficit immunitaire, troubles de la fertilité et de la croissance sont de plus en plus fréquents et les abus de l’élevage ne peuvent à eux seuls tout expliquer.

 Un organisme a besoin de dix mille ans au moins pour s’adapter à un changement d’alimentation radical.

 Le chien n’a eu qu’une soixantaine d’années pour le faire. Or, au cours de ces soixante ans, l’état de santé général de nos chiens s’est considérablement dégradé. Il y a forcément un lien avec l’alimentation. »

Composition des croquettes:

 « Bien peu de propriétaires de chiens sont au fait du « délicieux » contenu des sacs de croquettes. Les parties du corps suivantes entrent dans la composition des aliments pour chiens, y compris haut de gamme. S’il s’agit de poulet : les pattes, le bec, les plumes, les excréments. S’il s’agit de bœuf : le sang, la peau avec ses poils, les sabots, les testicules, les excréments, l’urine.
 Le chien peine à digérer et plus encore à les assimiler ces sous-produits animaux de piètre qualité nutritionnelle mais comptabilisées comme protéines brutes dans les analyses. Pour la plupart d’entre elles, les croquettes ont comme ingrédient principal des céréales (60 à 90%), réalité que les analyses éludent en les faisant apparaître séparément. C’est ainsi qu’il est possible de placer en tête de la liste des ingrédients la farine de viande, même si, ajoutées les unes aux autres, les céréales sont bel et bien l’ingrédient principal. Vitamines, enzymes, acides aminés et acides gras essentiels, chauffés au cours du processus de production, sont détruits, transformés ou endommagés.

 La production d’enzymes capables de digérer les céréales (les croquettes chauffées à haute température n’en contiennent presque plus) surmène le pancréas. Le système digestif du chien n’est absolument pas conçu pour traiter de telles quantités de végétaux.

 Vous êtes-vous demandé ce que deviennent les cadavres de beaucoup de nos fidèles compagnons ? Ils finissent en farines de viande et d’os. Il est même fréquent que les entreprises d’équarrissage ne prennent pas le temps de leur retirer les colliers anti-puces
☆ La traductrice complète ce sinistre tableau :
« En 2002, des journalistes américains ont fait analyser des croquettes par l'administration américaine (FDA) : des résidus d'un produit utilisé par les vétérinaires pour les euthanasies (Pentobarbital) ont été retrouvés. Sur 74 échantillons, plus de la moitié en contenaient. »
. »

Ce qu'il faut au chien:

« L’acide gastrique sécrété par le chien contient, en proportion, dix fois plus d’acide chlorhydrique que celui de l’homme et son pH est inférieur à 1 (pH de 4 à 5 chez l’homme). C’est la viande qui stimule la production de sucs digestifs. Faute de viande, ils ne sont pas produits en quantité suffisante, si bien que certaines bactéries ne sont pas éliminées et que les fermentations, les diarrhées, les torsions de l’estomac et les infestations parasitaires sont fréquentes.

 La cuisson de la viande dénature les protéines, si bien que le chien ne peut en tirer profit. Elle les rend difficiles à digérer et détruit beaucoup de minéraux.
 Les besoins du chien en acides aminés sont différents de ceux d’un herbivore et les acides aminés en question se trouvent presque tous dans la viande crue. Sans eux, le chien est incapable de se construire des tissus et un système immunitaire sains. »
[ Premières pages du livre de Swanie Simon ]


Les soins


 Les vaccins

« Tous les chatons devraient être vaccinés, y compris les chats d’appartement, puisque l’homme peut rapporter l’agent pathogène à la maison.

 La protection par le vaccin est bonne. Elle entraîne la formation de cellules dites mémoire qui, bien que non détectables, jouent un rôle essentiel dans la réponse immunitaire. Leur mémoire persiste et elles sont capables d’entrer en action plusieurs dizaines d’année plus tard. Pensons aux vaccinations effectuées une ou deux fois chez nous humain et qui n’en restent pas moins efficaces à vie. Pourquoi en irait-il autrement chez les chiens et les chats ?

 D’éminents experts américains pensent que la vaccination procure une protection à vie. Un rappel annuel n’est donc pas nécessaire. D’inutiles vaccinations contre le typhus ne font qu’exposer les chats aux risques d’effets secondaires sans augmenter leur protection.

 Combien de fois ai-je abordé des confrères pour savoir si leurs habitudes vaccinales avaient changé depuis qu’ont été rendues publiques les données concernant les sarcomes post-vaccinaux et les preuves relatives aux durées de protection bien supérieures à un an. Difficile de le croire, pourtant presque tous ceux à qui j’ai posé la question directement continuent de vacciner comme avant !

 Pourquoi en est-il ainsi ? Comme c’est si souvent le cas, l’aspect économique occupe le devant de la scène. « Je n’ai plus qu’à mettre la clé sous la porte si je ne vaccine plus que tous les trois ans et si je me contente des vaccinations de base. Les vaccinations sont la plus grosse part de mon gagne-pain. » Voilà ce que m’a récemment dit un confrère d’un certain âge. »
[ Dr Jutta Ziegler - La vaccination ]

Les soins

Le Dr Jutta Ziegler consacre le Chapitre 6 de son livre a un exemple qui semble exagéré, mais qui pourtant, elle nous l'affirme, a bel et bien existé. Ce cas extrême montre jusqu'où peut mener une confiance aveugle aux "bons soins" du « demi-dieu en blanc ».

 Exposés par l'exemple :

  Les allergies
  La cortisone
  Les vermifuges
  Les anti-parasites