La relation
dans le couple




 « Si j’ai refermé la porte sur le couple de ta maison,
  faut bien que tu ailles plus loin. »
[ Saint-Exupéry ]   (Image flottante)  

 Ceci est la fonte de caractères utilisée lorsque c'est l'auteur du site qui parle. Concernant les citations:

  cette fonte est utilisée pour citer un auteur, de son vivant

  et celle-ci pour un message céleste (Ange, Guide, entité supérieure).

_______

 Une source de citation [ entre crochets ] est Image flottante cliquable
elle donne accès à plus d'informations.

Les attentes
La fidélité
Se lasser




« Toute relation amoureuse commence par un malentendu : l'illusion que l'incomplétude fondamentale de chacun va être comblée.
 Le dépassement des premières déceptions est une tâche ingrate car la réalité de la vie en commun ne correspond jamais aux rêves qui accompagnent la rencontre. »
( Jacques Salomé )




___les attentes___

  « L'amour règne en maître dans la littérature moderne. L’amour lâché en toute liberté et en pleine fantaisie individuelle se donne carrière. Le plus souvent les deux sexes se font la guerre dans l’amour même. Révoltes de la femme contre l’égoïsme de l'homme, mépris de l'homme pour la vanité de la femme.

 On dirait que l'homme, fatigué, ne trouvant Dieu ni dans la science ni dans la religion, le cherche éperdument dans la femme. Et il fait bien ; mais ce n’est qu’à travers l’initiation des grandes vérités qu’il le trouvera en elle, et elle en lui. Entre ces âmes qui s’ignorent réciproquement et qui s’ignorent elles-mêmes, qui parfois se quittent en se maudissant, il y a comme une soif immense de se pénétrer et de trouver dans cette fusion le bonheur impossible. Malgré les aberrations et les débordements qui en résultent, cette recherche désespérée est nécessaire ; elle sort d’un divin inconscient. Lorsque l'homme et la femme se seront trouvés eux-mêmes et l’un dans l’autre, par l’amour profond et par l’initiation, leur fusion sera la force rayonnante et créatrice par excellence.

 L’amour psychique, l’amour-passion d’âme n’est entré dans la littérature, et par elle, dans la conscience universelle, que depuis peu. Mais il a sa source dans l’initiation antique. Si la littérature grecque le laisse à peine soupçonner, cela tient à ce qu’il était l’exception rarissime. »
( Édouard Schuré, 'Les Grands Initiés' )

 « Bâtir la paix c'est bâtir l'étable assez grande pour que le troupeau entier s'y endorme, le palais assez vaste pour que tous les hommes s'y puissent rejoindre sans rien abandonner de leurs bagages. Il ne s'agit point de les amputer pour les y faire tenir. »
[ Saint-Exupéry ]

Intégrer ce qui en l'autre nous irrite implique une grande force intérieure. Travailler dans ce sens, c'est s'engager sur la voie du bonheur.
_ _ _ _ _

 « Le fait de vous concentrer sur l’autre (votre obsession pour l’autre) fait échouer les relations personnelles.

 Qu’est-ce que l’autre est en train de dire, de vouloir, d’exiger ? Qu’est-ce que l’autre est en train de penser ?

 En fait, ce que l’autre est en train de dire, de vouloir, d’exiger, de penser n’a aucune importance. Seul compte ce que vous êtes, en rapport avec cela. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Il faut se définir selon son propre système d'évaluation intérieur. »
[ Dr Elisabeth Kübler-Ross ]

 « Un grand nombre de gens se détestent eux-mêmes s’ils ont l’impression que personne ne les aime. C’est une maladie, les gens sont vraiment « malades d'amour ». En vérité, d’autres les aiment, mais peu importe combien de gens leur témoignent leur amour, ça ne leur suffit pas. D'abord ils ne te croient pas. Ils pensent que tu essaies de les manipuler, d’obtenir quelque chose. (Comment peux-tu vouloir les aimer pour ce qu’ils sont vraiment ? Non. Il doit y avoir une erreur. Tu dois leur vouloir quelque chose !) Donc ils ne te croient pas et se lancent dans une campagne pour te le faire prouver. À toi de prouver que tu les aimes. Et s’ils en viennent enfin à pouvoir croire que tu les aimes, ils commencent tout de suite à se demander combien de temps ils pourront garder ton amour. Alors, afin de s’y accrocher, ils commencent à modifier leur comportement.

 Ainsi, deux personnes se perdent littéralement dans une relation… en espérant se trouver. Et cela est une grande cause d’amertume pour les individus. Deux personnes se lient en espérant que le tout sera plus grand que la somme des parties, mais voici qu’elles se sentent moindres que lorsqu’elles étaient célibataires, moins compétentes, moins attirantes, moins joyeuses, moins contentes.

 C’est parce qu’elles sont moindres. Elles ont abandonné la plus grande part d’elles-mêmes afin d’être (et de rester) en relation. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « La joie est dans la création et non dans les résultats. Quand Dieu a accompli un acte d'amour, Il n’a besoin de rien d’autre. L’homme, par contre, a souvent besoin d’un retour sur son investissement. Si nous aimons quelqu’un, il nous faut recevoir de l’amour en retour, ce genre de chose. C’est la plus grande source de malheur pour l’homme, c’est même ce qui le sépare de Dieu. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]

 « Celui-là qui se plaint que l’amour ne l’a point comblé, c’est qu’il se trompe sur l’amour : l’amour n’est point cadeau à recevoir. »
[ Saint-Exupéry ]





 « Cette fleur unique, c’est la fenêtre ouverte
sur la connaissance du printemps. »

[ Saint-Exupéry ]

___la fidélité___

  Si l'homme, qui est le pilier de la maison, ou la femme, qui en est l'âme, se disperse ailleurs, la maison s'effondre ; et les enfants perdent leurs repères. Il faudra rendre des comptes.

* *

  « Telle fleur est un refus d’abord de toutes les autres fleurs. À cette condition seulement elle est belle.

 Ma vérité, pour être fertile, doit être stable. La continuité seule permettra la fertilité de ton effort. Qui aimerais-tu si tu changes d’amour tous les jours ? »
[ Saint-Exupéry ]

 « Qui êtes-vous si vous vous abandonnez sans hésitation à la moindre tentation ?

 (...) Vous devez donc choisir : un éclair de joie et le désespoir à long terme ou bien la lente, patiente et souvent difficile conquête de l'Amour. »
( Martin Gray, 'Les forces de la vie' )

 « Le cèdre s’édifie autour de sa graine, et trouve, dans ses propres limites, son épanouissement.
 La vérité se creuse comme un puits. Le regard, quand il se disperse, perd la vision de Dieu.

 Je suis celui qui bâtit l’urne autour du parfum pour qu’il demeure. Je suis la routine qui comble le fruit. »
[ Saint-Exupéry ]

 « L’attachement à une relation n’en fait pas pour autant une réussite. Toutefois les relations à long terme présentent de remarquables occasions de croissance mutuelle. »
[ Neale Walsch, "Conversations avec Dieu" ]





___se lasser___

Les histoires de grenouilles qui se transforment en princesse, seuls les malheureux qui ne connaissent pas l'amour s'en amusent. Lorsqu'un homme aime sa femme, elle devient irremplaçable. L'amour alors, la pare d'une beauté qui échappe totalement au regard du mental qui ne sait que soupeser.

* *

  « On ne se repose pas dans l’amour, il se transforme de jour en jour comme dans la maternité. Mais toi, tu veux t’asseoir dans ta gondole et devenir chant de gondolier pour la vie. Et tu te trompes. Car sans signification ce qui n’est point ascension ou passage. Et si tu t’arrêtes tu n’y trouveras que l’ennui puisque le paysage n’a plus rien à t’apprendre. Et tu rejetteras la femme quand c’est d'abord toi qu’il fallait rejeter. »
[ Saint-Exupéry ]

 « Je ne dispose point de l’amour comme d’une réserve : il est d'abord exercice de mon cœur.

 Change pour toi le sens des choses la bien-aimée qui loin de toi s’est endormie et repose cependant comme morte. Il est là-bas un faible souffle que tu ne peux même pas respirer et le monde pour toi n’est que miracle.

 Mais le mystérieux de l’homme qui se désespère si la bien-aimée s’écarte de lui, est que si lui-même cesse d’aimer, il ne soupçonne pas son propre appauvrissement. Il se dit simplement : "Elle est moins belle que dans mon rêve ou moins aimable..." et le voilà qui part satisfait au hasard du vent. Mais le monde pour lui n’est plus miracle. La nuit n’est plus, grâce à celle-là qui respire dans son sommeil, ce grand manteau du berger. Tout s’est terni.
  Tout s’est durci. Et l’homme qui ignore le désastre ne pleure pas sa plénitude passée. Il est satisfait par sa liberté qui est liberté de n’exister plus.

 (...) Car la fleur se fane mais elle devient graine pour toi, et toi qui croyais à la fleur autrement qu’en un lieu de passage, tu te désespères. Car je te le dis, le sédentaire n’est point celui qui aime d’amour la jeune fille, puis épouse la femme, puis berce l’enfant, puis instruit l’enfant de l’homme, puis, vieillard, répand sa sagesse, et ainsi toujours marche en avant, mais celui-là qui voudrait s’arrêter dans la femme et en jouir comme d’un poème unique ou d’une provision faite, et celui-là en découvre bientôt la vanité, car rien sur terre n’est réservoir inépuisable et le paysage entrevu du haut des montagnes n’est que construction de ta victoire.

 Alors il répudie la femme, ou la femme change d’amant, ayant été déçue. Mais seule en était responsable la vanité de leur démarche. Car il n’est possible d’aimer qu’à travers la femme et non la femme. À travers le poème et non le poème. À travers le paysage entrevu du haut des montagnes. Et la licence naît de l’angoisse de ne point réussir à être. Ainsi celui que ronge l’insomnie se tourne et se retourne sur sa couche à la recherche de la fraîche épaule du lit. Mais à peine l’a-t-il touchée qu’elle devient tiède et se refuse. Et il cherche ailleurs une source durable de fraîcheur. Mais il n’en est point, car à peine y touche-t-il que la provision est dilapidée.

 Ainsi de celui ou de celle-là qui ne voyait que le vide des êtres car ils sont vides s’ils ne sont pas fenêtres ou lucarnes sur Dieu. C’est pourquoi dans l’amour vulgaire tu n’aimes que ce qui te fuit car sinon te voilà rassasié et écœuré de ta satisfaction. Et le savent bien les danseuses qui me viennent jouer l’amour.

 (...) De t’y réveiller sans effort, tu ne puiseras rien aux seins des filles que le pouvoir d’y oublier l’amour. Tu iras d’oubli en oubli, de mort en mort… »
[ Saint-Exupéry ]

 « Mieux vaut la difficile explication au lent pourrissement que provoquent des rapports imparfaits. »
( Martin Gray, 'Les forces de la vie' )

 « Celle-là mentait, elle voulait se faire passer pour une autre. Je me taisais devant ces mensonges, n’écoutant point le bruit des mots, mais l’effort seul. »
[ Saint-Exupéry ]

 Lire également ces réflexions et celles-ci